A flower bloom, a flower withered - ft. Kurayami Akira

 :: Let's play a game :: Les déchets Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Messages : 52
Points : 91
Localisation : Bunkyô
Emploi/Etudes : Anthropologue funéraire
Mar 15 Mai - 11:57


A flower bloom
a flower withered

Lorsque je suis arrivé à Tokyo pour mes études, j'ai directement posé mes valises à Ikebukuro. Je suis tombé amoureux de ce quartier dès le premier regard; de son calme en zone résidentielle, de son activité le soir ou le week-end lorsque je suis en congés. Aussi, lorsque j'ai dû déménager pour un appartement plus grand que mon petit studio de 6 jô, je me suis simplement dirigé vers le nord du quartier. Le loyer est cher comme tout ce qui se fait à Tokyo, mais j'aime mon appartement plus que tout au monde.

Je suis un vieux avant l'heure, dirait-on. Je n'ai qu'une petite trentaine, pourtant j'ai déjà pris mes petites habitudes comme un vieillard. Je travaille beaucoup, que ce soit pour préparer ma classe ou faire avancer mes recherches. Je fréquente un petit café qui malheureusement ferme bientôt ses portes, là où je peux tenter de remplir mon estomac. Je me couche à dix heures maximum, me lève à quatre heures même si mes horaires de cours ne demandent pas tant d'efforts de ma part. Je ne mange pas, ne possède même pas de frigo ou tout ce qui pourrait contenir de la nourriture; seulement une ribambelle de canettes de café froid achetées à la vending machine non loin de chez moi. Mes habitudes ne sont pas tant saines que ça, finalement.

C'est aujourd'hui que mon cher café met la clé sous la porte, et par déni je n'en ai pas cherché de nouveau à qui donner le tiers de mon salaire. Il va bien falloir pourtant; si pour le moment je ne suis pas en crise, ayant déjà malheureusement attaqué un homme il y a deux semaines pour ne laisser de lui qu'un squelette aux os rongés, je sais que le mois prochain va être une période difficile. Il faut que je trouve un nouvel endroit, au moins provisoirement histoire de tenir le coup. Mon petit café va me manquer.

C'est un peu par hasard que je me rends au starbucks du coin. J'avais tendance à être très réticent vis-à-vis de ce genre d'établissement, n'aimant pas les gros groupes qui volent le travail des petits cafés comme le mien. Je suis d'ailleurs persuadé que c'est à cause de ça qu'il a fermé...mais je divague un peu. Me voilà dans cet endroit étrange, très américain si vous voulez mon avis, ce qui ne fait qu'appuyer ma réticence; je n'aime pas beaucoup tout ce qui touche aux Etats-Unis, mais ce n'est qu'un avis personnel que je garde pour moi. Déjà un mauvais point pour l'endroit, je dirais.

Je parcours les boissons des yeux, incapable de trouver quoi que ce soit de normal. Pourquoi est-ce si cher? Et pourquoi rajoutent-ils toujours des tas de trucs dans leurs cafés? Est-ce que les humains aiment à ce point le sucre? J'ai déjà du mal à m'habituer à l'odeur, alors je ne préfère pas imaginer le goût! Mais enfin...n'ont-ils pas de simple café noir, sans sucre, sans lait, sans crème ou je ne sais quoi? Je commence à désespérer, les sourcils froncés en me demandant si je ne ferais pas de quitter cet endroit immédiatement, lorsque soudain un boulet de canon m'arrive en pleine poitrine. Enfin...ce n'était pas tellement un boulet de canon, cet homme n'allait pas si vite que ça...et c'était sûrement ma faute de toute façon, je suis perturbé depuis que je me suis réveillé ce matin.

"Je suis sincèrement désolé! J'étais un peu dans la lune...ça va? Ah, votre café..."

Une partie de sa boisson s'est répandue par terre, et vu le prix que celle-ci doit coûter, je m'en veux un peu de le laisser comme ça. Mais...mais? C'est du café sans rien, ça! J'esquisse un sourire, même si je sens mes joues se colorer un peu de honte. Les gens nous fixent...et cet homme a un regard particulièrement pénétrant, même si je n'ose pas tellement le détailler.

"Laissez-moi vous en repayer un, voulez-vous? Vous venez de sauver ma journée, je ne pensais pas trouver de café sans artifice ici!"

EXORDIUM.



Dead born
I will feel pity for you
6   6   6

Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 17 Mai - 13:44
Café. Café. CAFÉ. Je commence à avoir sérieusement faim, après ma journée de travail mais je dois attendre d'être chez moi. J'ai peur de ne pas tenir, d'attaquer quelqu'un en cours de route. Je vis dans la peur constante d'être attrapé par le CCG. Je n'ai pas forcément peur de me faire exécuter. J'ai plus peur de devoir fuir et de devoir me cacher de nouveau. De devoir connaître la famine une seconde fois.
Alors, j'essaye de faire profil bas, autant que possible. Au travail je ne crois pas que mes collègues se doutent de quoi que ce soit : je suis juste un gars lambda qui travaille beaucoup et qui se shoot à la caféine pour tenir le rythme. Un Japonais ordinaire, en soi.

Après avoir raccroché ma blouse et mon badge dans mon casier, j'enfile ma veste en cuir et mes lunettes de soleil. J'ai peur qu'on puisse voir mes yeux, si jamais ils venaient à apparaître. Paranoïaque ? Probablement un petit peu. Mais on est jamais trop prudent. Après tout, le CCG s'en est pris à ma mère et à moi quand je n'étais encore qu'un enfant. Nous sommes pourtant des goules assez paisibles, tranquilles. A Okinawa, on récupérais les corps des suicidés principalement, ceux des noyés aussi. Maman n'a jamais tué il me semble... Contrairement à moi qui ai dévoré des SDF plus d'une fois.

De manière mécanique, mes pas me conduisent en bas de l'immeuble. J'attend patiemment que je feu soit vert pour traverser au milieu de cette foule compacte de Tokyoïtes, puis me dirige vers le starbucks du coin. Normalement à cette heure là c'est Hina qui travaille avec Kazuo et Nobu. Je connaît tous les employés par leur prénom et eux connaissent le mien. Akira-san, qui viens chercher du café trois fois par jour. Akira-san, qui travaille à quelques pas d'ici dans un laboratoire. Ils n'en savent pas plus et c'est tant mieux. Je ne suis probablement pas la seule goule à traîner ici... Mais au milieu des jeunes gens branchés et des salary man, nous passons inaperçues.

Je m'installe dans la queue nerveusement, puis sourit à Hina. Comme d'habitude, Akira-san ?
J'esquisse un sourire et hoche la tête :

"Oui, comme d'habitude."

Une fois mon café à la main et mes yens sortis, je me dirige vers une petite table pour me poser ici quelques instants. J'ai encore un peu de travail. Du moins, j'essaye d'en avoir toujours sous la main pour me donner une excuse et venir au café. Seulement, ce soir là un type s'est décidé à me rentrer dedans. Je le jauge, tandis qu’il s'excuse maladroitement et soupire. Ah, il m'a fait renverser mon café, mais... Lui aussi voulait du café noir. Il ne connaît pas bien la franchise visiblement. Je hausse un sourcil et hoche la tête. Une fois mon gobelet vide dans la poubelle, je m'excuse poliment au près des employés venus nettoyer le sol et nous retournons faire la queue. Pour vouloir un café noir, soit il est aussi drogué que moi, soit c'est une goule ou un type qui s'en fiche pas mal d'être tendance. Peut-être les trois à la fois... Mais si j'en juge sa tenue, il a tout de même l'air d'être un minimum branché et de suivre la mode.

Je sors mon portable, pour faire mine d'être occupé. Par réflexe aussi, parce que je ne suis pas spécialement bavard. Mais... Autant faire un effort. Peut-être que lui aussi est une goule ?... Je n'en sais rien. Mieux vaut se méfier. Puisqu'il m'offre un café, je vais tout de même faire une effort :

"Je ne bois que du café noir moi aussi. Je suis allergique au lait et je fais attention à ma ligne."
Invité
avatar
Messages : 52
Points : 91
Localisation : Bunkyô
Emploi/Etudes : Anthropologue funéraire
Jeu 17 Mai - 21:30


A flower bloom
a flower withered

Pas très causant, ce type. Je crois avoir rencontré un bloc de glace, moi qui espérait me trouver un peu de compagnie ici. Mais ce n'est peut-être pas plus mal, au fond. Je dois limiter mes interractions avec le monde extérieur, pour limiter les risques d'être pris pour cible par le CCG. Après tout, je ne suis pas vraiment le genre de goule qui reste tranquille et ne fait pas de vagues...mes pétages de câble régulier les rapproche de plus en plus de moi, et je crains chaque jour que des agents débarque dans mon petit appartement pour m'exterminer. Mais ça...je ne peux rien y faire, je crois. C'est le prix à payer pour cacher un monstre affamé dans mon coeur.

L'homme accepte tout de même que je lui repaye un café, même s'il sort presque immédiatement son portable comme un de ces types branchés incapables de quitter cette technologie. Ce qui me fait penser que je n'ai même pas pris le mien...je ne l'ai de toute façon que rarement sur moi lorsque je sors pendant cinq petites minutes, puisque je n'ai personne à qui parler. J'ai coupé les ponts avec tout le monde, les seuls qui cherchent parfois à me joindre sont le doyen de la fac et les scientifiques avec qui je bosse. Et les deux entités ne me contactent que par email, alors à quoi bon? Mon portable, c'est seulement un appareil photo pour moi. J'utilise énormément instagram pour répertorier mes recherches, du moins...celles qui me servent d'alibi pour couvrir mes véritables travaux. Mais lorsque je suis seulement dehors pour me resourcer...ah. Je n'aime pas être joignable en permanence.

"Vous...venez souvent ici?"

Il boit uniquement du café noir. Est allergique au lait, apparemment. J'ignore ce que cela signifie. Est-il réellement humain, ou est-ce une goule? Impossible de le savoir, pire encore: je n'ai pas le droit de le mettre dans une situation délicate dans cet endroit bondé, rempli d'humains venus savourer une de ces boissons étranges qui me donnent la nausée rien qu'à en sentir l'odeur. Et on se demande pourquoi l'humanité devient de plus en plus obèse! La qualité de la viande humaine dépend aussi de leur régime! A quoi est-ce que je pense, moi...? C'est n'importe quoi...je commence déjà à perdre les pédales alors que je n'ai même pas faim!

Je paye à ce type son café, et en profite pour en commander un moi aussi. La fille qui nous sert semble le connaître, et plutôt bien d'ailleurs. Est-ce donc un habitué? Ca ne m'étonnerait pas plus que ça. A moins qu'ils soient amis? Je doute qu'un mec comme lui puisse avoir beaucoup d'amis ici...mais c'est mal de juger. Ca ne me ressemble pas. En plus ce type doit avoir du travail...il comptait sûrement l'avancer avant que je vienne l'emmerder. Ce qui est plutôt étonnant, lorsqu'on entend le brouhaha constant qui règne dans ce café. Je ne suis pas sûr de m'y habituer, peut-être que ce sera ma seule et unique visite ici. Je vais me trouver un café plus calme, plus petit et surtout moins fréquenté, même s'il est bien plus éloigné de chez moi que ce "starbucks".

"Hum...vous comptiez travailler ici? Dans ce bruit? Puis-je vous demander quel métier vous exercez?"

EXORDIUM.



Dead born
I will feel pity for you
6   6   6

Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jade - The little flower is lost in this big world
» Like a flower [Daniel]
» A little flower is growing up in my garden | Alix
» But, but, what do I see? A flower! [Mission du Hasard...]
» Le p'tit jardin d'Edward W. Flower ∼

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Let's play a game :: Les déchets-
Sauter vers: