(yûichi) you, monster

 :: Tôkyô city :: Akihabara Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Abe Cléo
Nourriture humaine
avatar
DC : Nishimura Arai/Ichijô Alma ♥
Messages : 172
Points : 114
Emploi/Etudes : Gérant du Abe Center's Call
Commentaires :
Yûichi -
Jeu 9 Aoû - 22:22

L'horreur qui avait pris place sur le visage de Cléo n'a pas cessé de s'étendre sur toute son âme. Après qu'il eut appelé les forces de l'ordre, il n'a pas tout à fait compris ce qui s'est passé, ni à quel moment il a été interrogé puis rendu à ses habitudes de vie. A quel instant un homme peut-il se remettre de l'horreur qui s'est passée sous ses pupilles grandes ouvertes ? Cléo l'ignore, mais il a bien vu que cette affaire est une bizarrerie supplémentaire pour tout le monde. Dès qu'il est rentré chez lui, au-dessus de tout sommeil, par-delà l'atrocité de la scène, il est tout de suite allé sur son ordinateur pour taper des mots dont il ne connaissait pas le sens sur la toile. Des heures durant, il a appris que ces montres se cachent dans les rues de la ville, que des rumeurs se sont étendues depuis plusieurs mois, voire années, sans que personne n'en sache plus que cela. Et puis, il a surtout appris à les nommer (bien que "monstre" corresponde tout aussi bien) : des goules. Des goules... d'affreux monstres qui hantent les bas-fonds.

Loin d'avoir pu trouver un sommeil correct, ce sont des cauchemars qui n'ont eu de cesse de le hanter durant plusieurs jours. Deux jours après le décès de Fumi, il y a eu ses funérailles auxquelles Cléo a assisté avec douleur. « Repose en paix, mon ami. » Qu'aurait-il pu dire d'autre ? Ses lèvres ont été scellées à tout jamais, son cœur brisé et son innocence a volé en éclat. Tant d'années, il a été obnubilé par ses propres problèmes, se concentrant sur les soucis qu'il a eu avec son père et ses yeux n'ont fait qu'être aveuglés à tout ce qui l'entoure. Aujourd'hui, Cléo s'en rend compte... mais c'est bien sûr trop tard. Combien d'humains ont été dévorés ? Combien d'autres vont-il encore être utilisés dans ce but inhumain ? Tant de questions commencent à s'emparer de l'âme rongée du jeune homme.

Cependant, moins d'une semaine après cet événement, comme il lui arrive parfois de le faire, Cléo est invité à faire un shooting pour un magazine de mode. Longtemps, il s'est demandé s'il allait s'y rendre, mais il a finalement décidé que cela va lui permettre de se changer les idées. Vêtu simplement, d'un jean et tee-shirt sombres, portant toujours le deuil de son ami, c'est en taxi que le jeune homme débarque devant l'endroit où il va se faire photographier. Il paie le chauffeur et le remercie en quittant le véhicule. Avant de pousser la porte de l'établissement, Cléo aperçoit son reflet dans la vitrine et il espère vraiment que les maquilleuses vont faire du bon travail sur son temps blafard. Bon, ce n'est pas maintenant qu'il va faire demi-tour, alors il pousse la porte et s'avance pour se présenter. Très vite pris en charge, il est habillé, coiffé et maquillé à la perfection, tant et si bien que Cléo lui-même a du mal à se reconnaître. Rehaussant le manteau en cuir sur ses épaules, il va prendre place au centre des projecteurs quand ses pupilles rencontrent celles du photographe.

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Cléo est en train de vomir dans les toilettes. Cet homme, cette... chose, est celle qui va devoir le prendre en photos, sous tous ses angles les plus beaux, alors qu'elle a dévoré son ami sous ses yeux ébahis. A cette simple évocation, son estomac se soulève encore et termine de rendre son déjeuner. Ce cauchemar ne va-t-il donc jamais se terminer ? Cléo ne sait même plus où il en est. Cependant, il sait bien qu'il ne va pas pouvoir demeurer dans ces toilettes à vie. Il essuie sa bouche et fixe son image dans le miroir accroché face à lui. Il sait, il l'entend, qu'il n'est pas tout seul dans cet espace. « Qu'est-ce que tu me veux ? lâche-t-il sans tourner le visage, mais voyant son reflet dans la glace. Fumi ne t'a pas suffi ? » La peur dépassée, c'est la haine qui le fait parler de ce ton froid, condescendant. Après tout, cette goule n'est pas une personne humaine, elle n'est juste qu'un monstre.
avatar
DC : Ohno Takaaki/Kelley Ai
Messages : 189
Points : 127
Emploi/Etudes : photographe
Lun 20 Aoû - 13:21
You, monster
Il avait choisi de devenir photographe parce que son objectif principal restait d'immortaliser l'instant. C'était sa mère qui, en fouillant dans ses vieilles affaires, lui avait appris comment fonctionner un appareil photographique. Oui, il aimait prendre des photos depuis sa plus tendre enfance. Il se rappelait avoir pris en photo chacune des naissances de ses frères et soeurs nés après lui. Toutes ces photographies chéries avaient été précieusement rangé par ses soins dans une boîte au fond du grenier de la demeure familiale. Il n'y avait plus touché depuis la mort de sa mère parce que la dernière photo de sa famille qu'il ait pu prendre fut le jour avant qu'elle ne s'écroule devant leurs yeux. Une simple photographie de famille, celle qu'ils faisaient chaque année, puis à peine avait-elle fait un pas qu'elle s'était effondrée au sol.

Elle ne s'était pas réveillée.

Il n'avait parlé à personne de sa mort. Il était revenu à l'école après une semaine d'absence et avait feint que ça allait. Bien évidemment, tout le monde avait appris le décés de sa mère mais heureusement pas une seule personne ne vint l'importuner à ce sujet. Pas même les jours où il séchait les cours pour se réfugier seul sur le toit de l'un des bâtiments du lycée. À cette époque, son appareil photographique resta planqué sous son lit pendant plusieurs mois. Il avait cru qu'avec un seul clic sa mère s'était subitement évaporée. Mais non. Il le savait bien ce que c'était. C'était la vie en elle-même qui l'avait rendue malade avant de la tuer.
Puis, un jour, il était retombé sur cet appareil en cherchant autre chose. Il l'avait repris entre ses mains et il pleura pour la toute première fois la mort de sa chère mère. Elle l'avait poussé dans sa voie, elle savait qu'il avait un don. Ainsi se remit-il au travail et était-il aujourd'hui photographe. Une goule photographe. Il savait ce que les êtres humains pensaient ; les goules étaient soit disant des monstres alors pourquoi leur attribuer un métier ? Pourquoi vivraient-ils pleinement comme eux ? Et pourtant...

Ce matin, il était là pour réaliser un photoshoot avec un mannequin rarement mis sur le marché. Il était vrai qu'il n'avait jamais entendu parler de lui en voyant son nom. Cependant, en le voyant, il se demanda comment ne pouvait-il se montrer que rarement ? Sa beauté en elle-même se reflétait dans ses yeux. Toutefois, il partit au quart de tour à peine eut-il pris place sous les projecteurs. Personne ne comprit pourquoi et il fut le premier à partir le voir là où il s'était planqué. Ce n'était pas dans ses habitudes de se préoccuper des mannequins mais parfois cela changeait-il.

« Je ne vois pas de quoi vous parlez, lui dit-il, On a déjà pris du retard alors dépêchez-vous de revenir que l'on commence le travail. Et évitez d'aller à une soirée arrosée la prochaine fois que vous avez à un rendez-vous important. »

Cela ne pouvait être que ça. Ce jeune homme avait participé à une soirée et avait dû oublier l'important rendez-vous de ce matin. Il n'était pas le premier qui lui faisait ce coup-là. Il le laissa et retourna dans la pièce principale pour attendre avec les autres. Il prit soin de dire à la maquilleuse de repasser un coup au mannequin qui avait vomi et de faire vite. Il n'avait pas que ça à faire dans la journée et le temps tournait vite.

S'il savait...

Codage par Libella sur Graphiorum



   
We clawed, we chained our hearts in vain, we jumped, never asking why. We kissed, I fell under your spell, a love no one could deny. Don't you ever say I just walked away, I will always want you. I can't live a lie, running for my life.
   
Abe Cléo
Nourriture humaine
avatar
DC : Nishimura Arai/Ichijô Alma ♥
Messages : 172
Points : 114
Emploi/Etudes : Gérant du Abe Center's Call
Commentaires :
Yûichi -
Dim 26 Aoû - 11:46
Une soirée arrosée. Cléo a un râle rauque, presque amusé, dans la gorge. Ah ! Cela serait bien plus simple s'il venait de passer une nuit de décadence... Mais ce sont des jours d'horreur qui le font défaillir avec tant d'aisance en ce jour. Il sait qu'il doit rester neutre, il doit juste se montrer beau et ravir les yeux de ceux qui sont là pour le magazine, sauf que cette séance va s'annoncer particulièrement difficile pour lui. Il s'essuie la bouche et préfère ne pas répondre à son interlocuteur qui, de toute manière, lui a déjà tourné le dos pour retrouver son appareil photos. Quelle malchance peut faire que l'on tombe sur le meurtrier de son meilleur ami décédé une seconde fois en si peu de temps ? Cléo choisit de ne pas s'attarder là-dessus et de reprendre une certaine contenance. Il faut qu'il soit beau. Juste beau. Il peut faire ça, il le sait ; il pratique depuis des années déjà. Alors il bombe le torse, redresse son dos et revient sous les feux. « Veuillez m'excuser, j'ai des ennuis de digestion. » Il s'incline légèrement avant de s'installer et de regarder droit devant lui le flash qui ne tarde pas à retentir.

Son aise prend un peu de temps à arriver, surtout avec le flot de questions qui se déverse dans son esprit. Ce photographe est une goule, voilà un fait. Mais combien sont-elles encore ? Est-ce que le styliste en est une aussi ? Et l'assistante, juste là-bas ? Ces créatures se fondent dans la population humaine avec une facilité qui déconcerte le jeune homme. Qui sait s'il n'a lui-même pas des employés goules ? Ou bien même... des amis ? Tout cela le taraude avec une certaine violence qui finit par s'exprimer dans les clichés. Cela ne semble pas perturber ni son photographe ni les propriétaires du magazine qui paraissent même plutôt enjoués à l'idée d'un mannequin qui représente ce genre de trait caractéristique. Tant mieux pour aujourd'hui, se dit Cléo en quittant le fond vert pour retrouver sa loge et se changer. Il enfile ses vêtements avec hâte, ne se démaquille pas et fonce vers l'extérieur où il vient de voir s'engouffrer le photographe de la session. D'un geste habile de la main, il retire sa chaussure pour la lui lancer dessus. « Je ne peux pas croire que tu as oublié ce que tu as fait. » Il n'y a pas de haine dans ces paroles, juste une simple constatation. Bon, d'accord, Cléo avait réussi à lui donner un bon coup sur la tête mais il n'a pas une si grande force que ça... si ?

D'un pas qui se veut sûr de lui malgré une certaine réticence, Cléo s'approche de son vis-à-vis pour reprendre sa chaussure et l'enfiler. Il rehausse son sac sur son épaule, fouille dans la poche de son jean pour attraper une cigarette et la glisser entre ses lèvres sans jamais quitter des yeux la créature en face de lui. « Les coïncidences sont parfois incompréhensibles. »
avatar
DC : Ohno Takaaki/Kelley Ai
Messages : 189
Points : 127
Emploi/Etudes : photographe
Lun 10 Sep - 11:11
You, monster
Comment aurait-il pu se douter qu'il s'agissait de l'ami de de sa dernière victime ? Oui, ce Fumi avait été la dernière personne dont il s'était permis d'arracher la vie. Un goût amer était resté dans sa bouche lors de cette dernière soirée et il avait eu l'impression d'y avoir omis un détail. Il était loin de se douter que ce détail viendrait à lui sans qu'il ne s'en rende compte. Quand il reçut cette chaussure dans son dos, son sang se glaça. De quelle manière avait-il pu l'oublier ? Lui qui était le premier être humain à découvrir son identité de goule. Il s'était arrêté et avait enserré son t-shirt. La situation était subitement insoutenable.

Il avait toujours fait attention durant ses chasses à ne pas se faire prendre que ce soit par un être humain autant qu'un membre du centre général de goules. Les êtres humains n'oubliaient pas et même si cela arrivait, leurs mémoires ne leur faisaient pas longtemps défaut. Ils étaient incapable d'oublier avoir vu une bête arrachée la carrotide d'un des leurs. Cela était ancré au fer rouge dans tout leur être et il leur était facile de faire une description aux personnes entraînées pour causer leur perte.
Donc, oui, Yûichi était tétanisé. Cet homme était sûrement parti voir la police ce soir-là et avait dû lui expliquer ce qu'il avait vu. Cela serait étonnant que le centre général des goules ne lui ait pas demandé une description de la dite goule, en soit de lui. Il avait toujours fait attention. Il déglutit. Son visage était-il connu de ses ennemis aujourd'hui ? En tout cas, il allait devoir redoubler de vigilance et éviter d'enlever son masque aussi facilement qu'il l'avait fait ce soir-là sous prétexte qu'il était affamé. Faites qu'il ne leur ait rien dit.

Il se retourna vers Cléo et soutint son regard. Il se souvenait de lui, de sa taille, de ses traits crispés par la douleur et de cette voix détruit par la souffrance. Et alors ? Le destin ou le hasard, qu'en savait-il, les avait réunis et le voilà maintenant au pied du mur. Mais que voulait Cléo pour l'avoir rejoint à tout prix avant qu'il ne puisse se fondre dans la foule ?

« On ne peut pas effacer ce qui est arrivé, dit-il, Qu'est-ce que tu veux ? »

Il n'y avait aucun membre du centre général des goules postés aux alentours, personne prêt à fondre sur lui pour le mettre à terre et l'enfermer. Il le sentait donc il n'avait aucune crainte que Cléo soit ici en tant qu'appât. Ce qui était plus incompréhensible que le fait qu'ils aient pu se rencontrer une nouvelle fois. Il devait être masochiste pour l'avoir retrouvé ; d'autant plus qu'il la ressentait parfaitement sa crainte. Elle puait à des kilomètres à la ronde et Cléo avait beau essayé de maîtriser ses tremblements, Yûichi était une goule et n'avait pas besoin d'avoir les yeux ouverts pour les entendre.

Codage par Libella sur Graphiorum



   
We clawed, we chained our hearts in vain, we jumped, never asking why. We kissed, I fell under your spell, a love no one could deny. Don't you ever say I just walked away, I will always want you. I can't live a lie, running for my life.
   
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Monster Mercenary Card
» Monster truck en chariot de guerre
» Nos beau Accessoire du monster Combo
» Monster Hunter Orage
» Monster Combo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Tôkyô city :: Akihabara-
Sauter vers: