Play of Psychopath ft. Ichijô Alma

 :: Let's play a game :: Les déchets Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 17 Aoû - 20:47


Play of psychopath


La journée est longue lorsqu'on traque le crime du matin jusqu'au soir. Tamao croulait sous les dossiers et rapports à remplir, terminer et rendre dans les temps, sous peine de faire face à un vice de procédure qui pourrait permettre à un dangereux criminel de sortir de taule plus tôt que prévu; ou même ne pas y aller du tout, si son avocat était efficace. En un sens, il aimait ce pouvoir qu'il détenait dans ses mains; celui de détruire la vie d'un autre, qui ait ou non fait quelque chose de mal. Ce que l'inspecteur préférait par-dessus tout était d'envoyer les condamnés à l'abattoir; il assistait à chaque exécution quand bien même celle-ci n'était généralement pas publique, en tant que représentant de l'ordre ayant fait régner la justice comme il se doit. La famille le remerciait toujours chaleureusement, ce qu'il trouvait étrangement gratifiant et amusant. L'un car il est toujours bien d'être encensé pour son travail, l'autre parce que certaines personnes dans ce genre de situation pourraient très bien devenir ses victimes du lendemain. C'était quelque chose auquel il aimait penser en journée, le faisant esquisser un rare sourire, planqué derrière son bureau.

Ni la cocaïne, ni le café et encore moins la clope n'arrivait à le booster correctement, aujourd'hui. Il se sentait lourd, fatigué, comme s'il manquait d'exercice. Il fallait dire que cela faisait maintenant plusieurs semaines qu'il n'était sorti le soir, mis à part quelques fois au Kasumi qui avaient été chacune très intéressantes. S'il n'avait rencontré personne de nouveau là-bas depuis un moment, les informations récoltées étaient toujours bonnes à prendre. Cependant se saouler au bar de cette boîte de nuit à mater les strip-teaseuses n'était pas forcément le meilleur moyen de se sortir d'une torpeur qui le gagnait petit à petit ces derniers jours. Il fallait qu'il se dégourdisse les jambes, en l'absence d'action dans son travail. C'était rare pourtant, autant de calme...mais c'était aussi à cause de ces foutues colombes, les agents du CCG qui s'accaparaient les meilleures affaires sous prétexte qu'il s'agissait de goules, et donc qu'il fallait les cacher au reste du monde. Foutaise! Les humains lambdas avaient bien le droit de savoir ce qui vivait parmi eux, en particulier s'ils étaient en danger. D'ailleurs, beaucoup connaissaient déjà leur existence mais la gardaient secrète pour une raison obscure. Peut-être subissaient-ils des pressions de la part du CCG, qui sait.

Ce fut tard dans la soirée que Tamao quitta le commissariat de police, une clope au bec et les mains dans les poches. Il faisait plutôt bon malgré l'heure avancée de la nuit, pourtant un nuage épais guettait non loin vers l'ouest. Ce fut par habitude plus que par réelle envie qu'il grimpa dans un des derniers métros en direction de l'est, plus particulièrement un quartier qui lui faisait de l'oeil depuis un moment; Akihabara, l'antre des otaku et des geeks par excellence. L'endroit regorgeait de jeunes gens insouciants errant d'une boutique à l'autre, bien souvent avec un coup dans le nez. C'était un endroit parfait pour quiconque voulait chasser, humain comme goule. Ca faisait un moment qu'il repérait l'endroit à vrai dire, mais n'avait encore jamais osé faire quoi que ce soit ici. Bien qu'il se trouve loin du commissariat comme du quartier général de la CCG, les touristes affluant en masse un peu partout rendait délicate la moindre opération. Il y avait bien quelques ruelles désertes, surtout à cette heure-ci...mais l'allée principale n'était jamais bien loin.

Un masque sur la bouche maintenant qu'il avait fini de fumer, sa capuche rabattue sur sa tête et ses cheveux masquant ce qu'il restait de son visage, Tamao ne s'arrêta en chemin que pour observer avec plus ou moins d'intérêt les quelques boutiques érotiques parsemant la rue commerçante. Il n'était pas tellement porté sur la chose, tout simplement parce que peu d'humains osaient l'approcher et certainement pas les demoiselles...mais rien ne l'empêchait de regarder, après tout. Surtout qu'il se servait des vitrines pour observer les gens derrière lui, sans se retourner, à mémoriser les faits et gestes de chacun. Ce petit groupe qui se dirigeait vers le bar le plus proche; cette demoiselle au pas pressé qui tentait de remonter la foule; ce jeune homme, les bras pleins de sacs aux effigies de n'importe quel héros de shônen de l'instant...

Tamao soupira avec nostalgie et quitta sa vitrine pour marcher un peu, à contre courant de la foule. Fut un temps où lui aussi lisait ce genre de BD, les mangas...mais ses goûts étaient déjà particuliers comparés à ceux des autres. Il n'avait pas encore passé le pas, à cette époque...quel bleu il faisait, à ne pas oser s'attaquer à ses semblables sous prétexte que justice serait rendue. Combien de temps a-t-il attendu dans cette grange avant d'être secouru par les autorités? Lui, le seul survivant...c'était bien qu'il était devenu un monstre à force de manger de l'humain, non? Un monstre comme ces goules qui se baladent en liberté...non, ce n'était pas ainsi qu'il pensait en général. Ces gens étaient loin d'être des monstres, ils se contentaient de vivre. Lui, par contre...tuait pour le plaisir de manger ce qui lui était interdit.

Sa victime fut toute désignée, parmi ces jeunes et touristes souhaitant profiter de la soirée sans penser au lendemain. La demoiselle de tout à l'heure, sûrement pressée de rentrer, décide de couper par l'une des ruelles semblable à un labyrinthe, celles où personne ne voit jamais rien. Sous son masque, Tamao jubile; elle a l'air jeune, en bonne santé, ce serait un vrai festin à partager avec ses "amis" s'il la ramenait entière. Mais c'était bien mal le connaître. Il préférait de loin en couper des petits bouts, les faire préparer par le meilleur chef cuisinier de tous les temps, et les consommer seul comme un égoïste. Les goules n'ont qu'à chasser elles-mêmes, n'est-ce pas? C'est simple pour elles, qui possèdent une force physique incroyable! Non, celle-ci serait entièrement pour lui. Quelques denrées pour sa consommation immédiate, et un peu de côté pour le restaurant. Les humains ratent beaucoup à refuser le cannibalisme!

EXORDIUM.
Invité
Ichijô Alma
Généticienne
avatar
DC : Arai/Cléo
Messages : 40
Points : 26
Emploi/Etudes : Généticienne
Commentaires : Yoona -
Dim 26 Aoû - 12:17
Partir à la découverte de la ville ? Alma n'était pas du genre à être effrayée de cela. Avec joie, elle avait accepté l'invitation de l'une de ses amies à venir traîner dans les rues de Tôkyô, plus précisément Akihabara. Malgré son travail et son passé, Alma faisait toujours de son mieux pour ne pas broyer du noir et continuer de vivre comme elle l'avait toujours fait. Elle aimait sortir, alors elle sortait. Elle appréciait faire du shopping, alors elle allait faire du shopping. Alma choisissait la force plutôt que la tristesse pour se battre et être une jeune femme courageuse. Ses pupilles ne cesseront jamais d'être grandes ouvertes sur tout ce qu'elle pouvait découvrir et apprécier - ou non. Alors voilà, ce soir-là, la demoiselle avait pris un taxi qui l'avait laissé à quelques mètres de l'enseigne où son amie lui avait donné rendez-vous. Il s'agissait d'un bar un peu boîte de nuit où il était tout à fait possible de danser en même temps que boire une consommation. Le genre d'endroit parfait en somme.

Ses hanches ondulant au rythme des chansons, son corps jouant avec les lumières tamisées, un verre dans la main, Alma faisait partie du décor, se mouvant au centre d'une foule qui grossissait de temps à autres. Des regards se présentaient sur elle, des hommes aventureux s'avançaient pour l'inviter à danser et elle ne disait presque jamais non - sauf quand son verre était vide. Alma se vidait la tête, riait à gorge déployée et ne se gênait pas pour séduire les hommes et les femmes qui venaient près d'elle. Les êtres humains ne possédaient aucun secret pour la généticienne, c'était ce qui rendait toujours amusant de les voir s'agglutiner à sa suite. Ses sourires plaisaient tout comme ses origines latines, ou bien étaient détestés de certains. Après tout, au Japon, ce sont les peaux blanches comme de la neige qui sont les plus belles dans les règles de la beauté. Alma, pour le coup, était relativement bronzée.

Son amie l'interpela pour lui présenter d'autres personnes qu'elle connaissait. Alma déclina son identité et la soirée prit un autre tournant ; des jeux d'alcool firent leur apparition. La généticienne partipa un peu avant de refuser, sachant très bien la limite qu'elle pouvait avoir avec la boisson. Elle se sentait déjà bien joyeuse, inutile de se mettre à mal plus que cela - ce ne serait pas agréable, surtout le lendemain matin. Elle discuta alors avec un garçon, s'amusa encore plusieurs minutes avant de jeter un oeil sur sa montre. Alma salua tout le monde d'un baiser de la main et quitta l'établissement en direction de la bouche de métro la plus proche. Les lumières de la ville dansaient devant ses yeux et elle ne marchait peut-être pas très droit avec ses talons hauts. Elle tourna sur sa droite, continua tout droit et finit par vouloir emprunter une ruelle qui semblait déjà occupée. D'abord, elle crut que c'était un couple qui se disputait, puis elle s'approcha, comme dénuée de toute crainte grâce à l'alcool, et vit que l'homme semblait forcer la main à la jeune femme.

Alma fronça les sourcils en découvrant le masque qui recouvrait le visage de l'homme. « Vous êtes une goule ? » lança-t-elle sans gêne. Après tout, elle travaillait au sein du Centre de Contrôle des Goules donc elle était parfaitement au courant de certaines subtilités qu'utilisaient les goules quand elles chassaient. « Vous ne devriez pas être dans le coin », reprit-elle. Elle lisait la peur sur le visage de son interlocutrice qui devait sans le moindre doute être le futur dîner de l'homme en face d'elle. Alma n'était que généticienne, ce qui signifiait qu'elle n'opérait pas sur le terrain comme certains de ses collègues. Cependant, elle refusait de laisser cette demoiselle terminer dans le ventre de la goule ; il devait bien avoir d'autre moyen de se nourrir. « S'il-vous-plaît, laissez la s'en aller », ajouta-t-elle en s'avançant vers l'inconnu masqué. Alma, la curiosité doublée d'alcool est un bien vilain défaut.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» 05. The games we play
» Guide pour étoffer votre rôle-play
» Nano. Role Play !
» Faites nous partager vos play-list Deezer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Let's play a game :: Les déchets-
Sauter vers: