Filth in the beauty ft. Itomi Sora

 :: Let's play a game :: Les déchets Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous
Invité
Mar 21 Aoû - 9:25


Filth in the beauty


Le ciel avait décidé de le faire chier, ce matin. Il n'aimait déjà pas particulièrement se lever pour aller au bureau, mais le faire sous la pluie...non, c'était bien pire que ça: il allait travailler sous un putain de typhon! Heureusement, le métro s'est arrêté après qu'il soit arrivé sur son lieu de travail; dans le cas contraire, il aurait été bien embêté, voire aurait fait face à la tornade de reproche de la part de son commissaire. Ce qui est complètement con quand on y pense, puisqu'il n'y était pour rien! Il n'allait pas non plus partir à quatre heures du matin, heure d'ouverture des métros, pour les beaux yeux de son chef, non? Tamao pestait intérieurement, marchant à toute vitesse sous la pluie glaciale malgré l'air chaud. Et on s'étonnait qu'il y avait des typhons par ici! Le monde entier avait décidé de le faire chier, pourtant c'était vraiment pas le moment!

A peine arrivé sur place, l'homme sentit immédiatement que quelque chose clochait. Tout le poste était dans un chaos certain, les gens couraient dans tous les sens et plusieurs téléphones se mettaient à sonner en même temps. Rien que cette vision lui donna encore plus la flemme de se déplacer jusqu'à son box, où une montagne de paperasse l'attendait déjà. Pourquoi travaillait-il ici, au fait...? Ah oui, se rapprocher du crime, trouver de nouvelles goules blabla...étouffer certaines affaires aussi, qui pourraient le concerner de trop près...il avait des raisons valables, mais ce matin, sous la lumière vacillante des néons, trempé jusqu'aux os, elles lui paraissaient bien futiles.

"Tokugawa! Vous tombez à pic!"

Oh putain, mais qu'est-ce qu'il voulait encore, celui-là? Un petit brun en costume se précipitait vers lui, une pile de feuilles en vrac dans les mains. Il n'allait pas lui demander de ranger tout ça à sa place, quand même?! Ah, non...s'il en jugeait par sa tête, quelque chose de grave s'était produit. Une affaire intéressante, sûrement...peut-être une histoire de meurtre cannibale inexpliqué? S'il arrivait à la boucler avant l'intervention foireuse du CCG, il aurait de la chance!

"Dis-moi, Tanaka."
"Un meurtre assez sanglant d'un étudiant à l'université de Todai. Il ne reste pas grand-chose du corps, juste quelques bouts par-ci par-là...il semblerait qu'il soit mort hier soir, on a été prévenus dans la nuit."
"Pourquoi ne pas m'avoir appelé immédiatement, dans ce cas?"
"A cause du typhon...nous avons rappatrié le corps aussi vite que possible, avant que la pluie ne fasse trop de dégâts. Les photos sont déjà sur votre ordinateur, et le légiste travaille encore sur ce qu'il reste."
"Vous voulez que j'interroge les potentiels témoins, c'est ça? Genre, les élèves...les professeurs...hmm...Matsuda vient avec moi?"
"Bien évidemment. Vous pourrez disposer de lui comme bon vous semble!"


Un sourire malsain se dessina sur le visage de Tamao, comme chaque fois qu'on lui confiait une affaire glauque. Cette fois-ci, c'était son affaire. Son histoire. Il allait trouver la goule, la raisonner, et faire porter le chapeau à quelqu'un d'autre si elle accepte de collaborer avec lui. Bon nombre de ces créatures à Tokyo lui devaient la vie, chacune avait une dette envers lui qui serait bien pratique en temps voulu. Cependant si elle n'acceptait pas son aide, il n'aurait aucun scrupule à la balancer au CCG; ces idiots étaient toujours prêts à agir avant de discuter, aussi un simple soupçon sur une personne suffisait à signer son arrêt de mort. Tamao fit un signe de loin à son collègue de toujours, qui se dépêcha de le rejoindre non sans pester sur le temps qu'il faisait dehors.

La fac de Todai n'était pas très loin quand on y pense, surtout lorsqu'on pouvait utiliser l'une des voitures de fonction du commissariat. Cependant le temps semblait empêcher toute personne censée de conduire correctement, aussi il leur fallut une bonne demi-heure avant de parvenir à destination, se garant totalement à l'arrache sur le campus. Après tout, que risquaient-ils? Un PV? Foutaises. On ne donnait pas d'amendes à des policiers, voyons! Tamao fut le premier à atteindre le hall principal de l'université, au brouhaha incessant. Visiblement, les nouvelles allaient vite...et l'apparition de deux policiers au sein de l'établissement n'était pas une coïncidence.

"Nous devons discuter avec les professeurs du jeune Takabayashi, dans le cadre de notre enquête. Veuillez s'il vous plaît n'opposer aucune résistance, afin de nous faciliter la tâche. Nous ne voulons emmener personne au poste, nous comprenons que ça peut être difficile et déstabilisant pour vous et pour votre image. Merci de votre compréhension."

EXORDIUM.
Invité
Itomi Sora
Classe C
Itomi Sora
DC : none
Messages : 106
Points : 41
Emploi/Etudes : Enseignant Chercheur de Littérature étrangère
Dim 26 Aoû - 19:28
Filth in the
beauty
Sora avait toutes les raisons du monde d’être de mauvaise humeur en ce début de journée.

Premièrement, le typhon faisait rage : la circulation était si mauvaise qu’il lui avait été impossible de rentrer chez elle la veille sous risque de prendre plusieurs heures de route, ce qu’elle ne pouvait pas se permettre pour la raison suivante. Ses étudiants avaient dû, une semaine auparavant, lui rendre un essai de début de semestre pour juger de leurs niveaux, et les notes ne volaient pas haut. Certes Todaï était exigeante et beaucoup d’élèves évolués au fil de l’année pour atteindre le niveau demandé, mais tout de même, corriger de telles copies av aient eu le don de la rendre folle. A trois heures du matin, elle était encore à son bureau en train de s’arracher les cheveux sur des erreurs de kanji des plus aberrantes. L’un des autres facteurs qui n’avait guère joué sur son humeur était la faim : cela faisait un moment qu’elle n’avait pas mangé et son estomac commençait à réclamer son dû, l’obligeant à se procurer de la viande – froide ou fraiche – d’une quelconque manière dans la semaine. Rapidement. Et la cerise sur le gâteau – car quand une journée commençait mal, pourquoi irait-elle en s’améliorant ? – un crime avait été commis sur le campus universitaire. Un élève de son département, qui plus est. Une cible facile : isolé, les parents étaient des campagnards et d’après ce que disait son dossier scolaire, très vieux. Pas ou peu d’amis, très effacé, peu brillant pour deux sous – le pauvre ne verrait jamais la note de son essai – et peu bavard. La cible parfaite pour une goule. Une goule stupide. Chasser sur un campus universitaire attirait bien trop l’attention, beaucoup trop de regards … Des goules étudiaient ici, incognitos, aucunes d’entre elles n’avaient besoin de voir le CCG débarquer. C’était donc avec une immense tasse de café que la jeune femme traversait le bâtiment, furieuse.

Evidement, la nouvelle de la mort de cet étudiant s’était propagée à une vitesse folle et les élèves ne parlaient que de ça. Les professeurs aussi, pour être honnête. Quand elle s’était excusée de la salle des professeurs pour ne pas participer à la discussion, Sora savait pertinemment que les vieillards penseraient que son esprit est bien trop fragile pour supporter une telle discussion. Vieux idiots. En passant par le hall, certains élèves vinrent la voir, paniqués. Ils étaient jeunes. Beaucoup d’entre eux n’avaient jamais été en contact aussi prêt avec la mort. Prenant une dernière gorgée, Sora leur fit un sourire compatissant. « Tout ira bien … Les autorités vont régler le problème rapidement et le coupable sera attrapé. Vous êtes tous en sécurité à l’intérieur de ces murs. »

Et par les dieux, elle aurait aimé avoir tort. Alors même qu’elle finissait sa phrase, un homme, qui visiblement faisait parti de la police, entra avec fracas, ayant visiblement affronté le typhon. « Nous devons discuter avec les professeurs du jeune Takabayashi, dans le cadre de notre enquête. Veuillez s’il vous plaît n’opposer aucune résistance, afin de nous faciliter la tâche. Nous ne voulons emmener personne au poste. » Il continua de parler mais déjà, Sora avait ouvert grand les yeux avant de boire à grand goulot son café. Oh mon dieu. Oui, la police. Merveilleux. Mais bon, mieux valait la police que le CCG. Offrant un sourire rassurant à ses élèves, elle inspira un grand coup et alla d’un pas déterminé vers l’homme, gardant un visage le plus professionnel. « Monsieur l’inspecteur. » Respectueusement elle inclina la tête. « Itomi Sora, je suis professeure de littérature étrangère du département où étudie … étudiait le jeune Takabayashi. Si vous voulez bien me suivre, j’en profiterai pour prévenir notre doyen et notre président. Veuillez, s’il vous plait ne pas remuer plus les foules que nécessaire. »

La réputation de Todaï. Oh. D’un regard entendu, le bout de femme se retourna, lui faisant signe de la suivre avant de le conduire vers les étages, dans le fond des couloirs. Ses talons résonnaient sur le carrelage de l’établissement et elle savait que bien nombre d’élèves se retournaient pour chuchoter sur leurs passages. En même … cet homme ressemblait physiquement bien plus au style d’une goule que d’un agent de police. C’en était même étonnant. Ouvrant la porte du bureau, elle s’inclina poliment vers ses collègues et désigna l’agent. « Voici un inspecteur, venu pour enquêter sur la tragédie de Takabayashi. »

Fini vite et disparais.
Crois-tu pouvoir enfin me dire que tu veux bien qu'on reste amis. Non c'est gentil ça va comme ça, des amis j'en ai plein déjà. Je n'aurai donc plus à t'entendre rentrer la nuit quand j'attends l'aube qui arrive en poussant les heures
Pando
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» petit inventaire des techniques de Sora Shizen
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Gekijô-ban Sora no Otoshimono : Tokei Jikake no Angeloid
» Yo ! Voici Sora x)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Let's play a game :: Les déchets-
Sauter vers: