Instinct reacts || Ikeda Jiro [Terminé]

 :: Let's play a game :: Les déchets Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Toga Shinichi
Classe S
avatar
DC : Umehara Hikaru
Messages : 176
Points : 287
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Mer 6 Juin - 17:21








INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Il se délectait de la scène qu’il avait sous les yeux. Jiro n’avait strictement plus rien à voir avec la petite créature, fébrile, qui avait fait irruption dans cette ruelle obscure. Les jeunes êtres tels que lui étaient merveilleusement fascinant. Il fallait leur ouvrir les yeux pour leur montrer de toutes nouvelles possibilités : un tout nouveau monde. Shinichi éprouvait un semblant de fierté : c’était grâce à lui qu’un tel résultat avait pu être possible. La jeune goule ressemblait à un chien enragée. Les cris d’horreur se mêlaient aux pleurs et au craquements exquis des os ; c’était une bien douce musique. Il regardait cette scène avec les yeux d’un dieu cruel. Ses orbites aussi sombres que l’abysse trahissaient un profond amusement. La lueur écarlate qui brillaient en leur sein ne parvenait cependant à cacher leur extrême froideur. La goule restait insensible à la peur des humains, celle qui suintait par tous les pores de leur peau et couvrait les murs de la pièce. Il n’avait déjà d’yeux plus que pour Jiro, son corps gracile qui semait le chaos dans la pièce par sa simple force. Il était comme un diamant brut : énormément de potentiel qui finirait par se révéler une fois qu’il serait poli et affiné. Un prédateur dans toute sa splendeur. Shinichi se sentait déjà charmé rien que d’y penser. Il y avait moult possibilités, mille et une façons de le remanier...le façonner. Pris dans un excès d’orgueil, il s’imaginait déjà comment rediriger cet enfant, exploiter toutes ses capacités... Ses lèvres teintées se fendirent en un sourire songeur. Oh, il s’y voyait déjà...

Shinichi resta impassible lorsque l’un des hommes se jeta sur Jiro. Ce n’était pas à lui d’intervenir. Du moins pas pour le moment. S’il voulait voir ce que valait le garçon, il fallait le laisser s’occuper des problèmes de ce genre. Et le résultat ne se fit pas attendre. L’odeur enivrante du sang embauma l’air à l’instant même où la goule planta ses dents dans la chair de l’humain. « Tu te débrouilles à merveille, Jiro » lança-t-il alors qu’il arrivait à ses côtés, enjambant les débris avec aise. Il leva ses yeux sans fond vers les brebis tassées dans un coin de la salle. Il pouvait bien lui montrer quelque chose, non ? « Mais...tu n’utilises pas ton kagune ? » En effet, le garçon n’avait pas fait apparaître l’ombre de son « arme » naturelle. Peut-être n’en avait-il pas besoin. Shinichi pouvait le comprendre. Lui ne l’utilisait qu’en cas d’urgence ou...lorsqu’il avait une furieuse envie de s’amuser. L’homme aimait les choses « délicates », mais son kagune n’appartenait malheureusement pas à cette catégorie. Il était particulièrement utile pour la destruction pure et simple. L’annihilation totale...c’était un concept auquel il avait fini par prendre goût, au fils des années. Il s’avança vers le petit groupe, provoquant cris et injures ; il n’y faisait même pas attention. La goule avait certes demandé à Jiro de lui faire une petite prestation mais...cette ambiance le mettait particulièrement d’humeur. Il se laissait emporter. Shinichi déploya doucement son kagune, un de ses multiples tentacules à la couleur incandescente qui prenait naissance dans le creux de ses reins. Le bouger était aussi aisé que plier une phalange. « C’est une bonne chose que de prendre le temps de s’amuser... » commença-t-il doucement, approchant son kagune d’une demoiselle qui semblait au bord de la crise nerveuse. Il lui souriait presque tendrement, admirant les traits de son visage, crispés par la peur. Il n’y avait pas à dire, c’était bel et bien les femmes qui avaient le don de s’attirer ses « faveurs ». Sa mère, aussi, avait su en bénéficier. Il s’était toujours senti attiré par elle, de cette façon inexplicable. Douloureuse. Son kagune lui caressa un instant la joue, s’éloigna...pour se planter impitoyablement dans son estomac. Le sang et les viscères jaillirent en même temps que les cris. « Mais ce qu’il y a de mieux –ce qu’il y a de plus délectable, de plus enivrant...- c’est bel et bien l’agonie » Il retira son arme d’un geste rapide, laissant une traînée sombre, parfaite, sur le mur. « Qu’en penses-tu, Jiro ? » Il le regardait de sous ses longs cils, la tête penchée sur le côté. Son instinct de chasseur palpitait furieusement dans la moindre partie de son corps.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 979
Points : 1609
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Jeu 7 Juin - 17:09





INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Les dents plantées dans la clavicule de mon camarade, un cri de douleur s'éleva dans la pièce ce dernier étant proportionnel à la violence de mon mouvement de tête vers arrière, arrachant un morceau de chair et son vêtements. Le chien que j'étais ne lâchait pas sa proie, gardant jalousement mon premier morceau d'humain entre les dents tandis que le sang coulait sur mon visage. J'avais l'impression d'être un roi dans un banquet, gaspillant les mets précieux au point de souiller mon visage du délicieux nectar que l'on pouvait apparenter à du vin. Mon agresseur semblait quant à lui lâcher peu à peu prise ce qui me permit de lui asséner un coup de pied dans l'estomac, l'envoyant un peu plus loin. Je profitais de ma liberté pour retirer le morceau de ma bouche, le séparant alors du morceau de tissus pour dévoiler la peau hâlée de mon camarade. Ma langue franchissait la barrière de mes lèvres pour les humidifier avant que je vienne laper le morceau de peau brunie. "Combien de fois j'ai rêvé de ce moment..." Soupirais-je à moi-même avant de porter le morceau de viande à mes lèvres, le mâchouillant comme un enfant sous le regard dégoûté et surtout effrayé de son ancien propriétaire. La nourriture partiellement dans ma bouche, mes mains tenant l'autre extrémité du morceau de viande tandis que mes lèvres fendaient mon visage en un large sourire. Mes iris écarlates quant à elles se levaient vers Monsieur Toga qui s'approchait de moi. Toujours assis sur le sol, je me positionnais volontairement plus bas que mon congénère asseyant de ce fait sa supériorité sur moi. Malgré mon air enfantin, je savais parfaitement où se trouvait ma place et j'avais beau être assez familier, ce n'était dû qu'à mon tempéramment, comme si une partie de moi restait bloquée dans l'enfance. Les yeux levées sur la figure d'autorité, je l'écoutais, ricanant à sa question pour enfin secouer la tête en guise de réponse. "Il ne m'est pas utile ici." Répondais-je tout en mastiquant.

J'observais les mouvements de Monsieur Toga, m'émerveillant une nouvelle fois sur la grâce de cet homme. La légèreté de ses pas donnait l'impression qu'il flottait, aucun bruit ne se faisait entendre lorsqu'il posait les pieds sur le sol. Mais le plus impressionnant fut son habileté avec son kagune, ce dernier se faisant doux puis précis. Je me levais, grimaçant. en voyant cette vie trop rapidement fauchée. M'arrêtant au niveau de Monsieur Toga, je finissais mon morceau de viande avant de lui répondre, regardant nos agneaux. "Je préfère quand elle est longue et douloureuse. Leurs cris résonnent comme une douce mélodie à mes oreilles." Mon sourire s'élargissait tandis que je m'avançais vers le héro du jour. Ma langue passait sur mes lèvres, me léchant les babines après l'avant-goût qu'il m'avait donné. Je n'attendais pas plus longtemps pour me jeter sur l'homme, plantant de nouveau mes dents là où j'avais commencé à le grignoter. Le combat n'était pas des plus aisé car même affaiblit, le bougre ne semblait pas d'humeur à se laisser dévorer. Ceux qui n'étaient pas pétrifiés par la peur tentaient de m'arrêter, les cris de souffrance de ma victime se mélangeant parfaitement aux supplications pour que j'arrête. Étais-ce trop demandé de manger tranquillement? La rage montait à nouveau en moi, me forçant à me débattre pour enfin sortir mon kagune. Le suspense n'avait pas duré longtemps, déployant mes ailes azurées pour repousser les perturbateurs de mon repas me laissant à présent en tête à tête avec l'humain. Je me plaisais à le dévorer, à souiller mes mains et mon visage de son sang jusqu'à finit par lui prendre la tête, la cognant à de multiples reprises contre le mur jusqu'à ce qu'il pousse son dernier soupire. Heureux, je ricanais. A ce moment, je n'étais plus qu'une bête, une bête affamée. Son crâne légèrement ouvert me permis d'accéder à ce que je préférais, le cerveau. A chaque bouchée, j'exprimais ma satisfaction en poussant des gémissement. C'était tellement bon!




Toga Shinichi
Classe S
avatar
DC : Umehara Hikaru
Messages : 176
Points : 287
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Jeu 14 Juin - 19:34







INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





La tension qui emplissait la pièce, faite d’horreur et de terreur froide, le faisait frissonner avec délice. C’était plus fort que lui, indépendant de sa volonté mais profondément gravé dans son ADN, la structure même de son corps. Il était fait pour « ça ». Pour chasser, effrayer, dévorer. Il était un loup, certainement un prédateur mais, plus encore, un tueur. Pourquoi essayer de le cacher ? Il aimait ça. En redemandait encore et toujours. Ceux qui affirmaient être différents étaient des menteurs. On ne pouvait lutter contre notre véritable nature. Contre nos instincts. En regardant Jiro se délecter de sa prise, il en avait la totale certitude. Leur raison de vivre se trouvait juste ici, devant leurs yeux. Tant de chairs tendres et de cœurs palpitants...il y avait de quoi en devenir fou. Mais Shinichi, à force d’habitude, parvenait à contrôler ces subites pulsions.

La réponse du jeune homme le fit rire , amusé. Ainsi donc, il nourrissait de pareilles préférences ? En ce qui concernait le sadisme, il avait aussi son potentiel, d’après ce qu’il entendait. Mais comment ne pas le comprendre... Les derniers soupirs d’une femme étaient d’une jouissance absolue. Il repensait encore à sa bien-aimée de la soirée, laissée éventrée au fond d’un caniveau. Elle avait su le rendre fou de désir. Il glissa un regard vers son interlocuteur, le regardant avec une certaine satisfaction. « Ce n’est pas la première fois que tu tue quelqu’un, pas vrai ? » Il pensait avoir converti une âme fébrile. Il réalisait cependant qu’il n’avait fait qu’éveiller quelque chose qui sommeillait profondément en son être. Un sourire discret venait tendre ses lèvres ornées de pierreries.  Pour eux, il n’y avait rien de plus inné que d’arracher la vie. Il pensait à cela tout en essuyant d’un coup de langue la pointe écarlate de son kagune. Le goût du sang venait subtilement chatouiller ses papilles ; cela était bien loin de rivaliser avec le festin qu’il venait de faire.

Le spectacle que lui offrit Jiro fut tout à fait à son goût. Transformant le visage du garçon, la bête venait de sortir. Son arme naturelle aussi. Shinichi observa avec une certaine admiration le kagune aux couleurs vives qui se déploya tel une paire d’ailes. La jeune goule avait bel et bien raison, il ne lui était pas d’utilité dans ce genre d’endroits. Dans un espace aussi restreint, cela n’était pas à son avantage. Mais il en avait vu bien assez pour savoir qu’à l’extérieur, la vitesse et la rapidité des ukaku dépassaient celles de n’importe quelles autres goules. Redoutable avantage. Mais sans la puissance, cela ne servait qu’à fuir.  Les gémissements de son partenaire qui était en train de dévorer goulûment le contenu d’une boîte crânienne le fit revenir à la réalité. Il jeta un coup d’oeil au prédateur, puis aux quelques agneaux encore en vie, pleurant des larmes muettes dans leur coin. « Tu comptes aussi les manger ? » demanda-t-il en jetant vers eux un regard étonnamment neutre.  « Je crains que nous ne disposons que de peu de temps... » En effet, mieux valait ne pas trop s’attarder dans ce genre de lieux. Au fond d’une ruelle, c’était une chose, mais dans un lieu si fréquenté... Shinichi n’avait d’ailleurs pas pensé à apporter son masque –il fallait dire qu’il ne s’attendait pas à partir dans une telle aventure. Il se fit un peu espiègle. « De plus, il se pourrait que l’on m’attende » ajouta-t-il, se faisant un brin mystérieux. Oui, le Kerberos avait généralement besoin de la présence de son patron pour tourner correctement. Sans signe d’autorité, ses chers employés avaient tendance à devenir...un tantinet laxistes.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 979
Points : 1609
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Sam 16 Juin - 20:43






INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Penché sur ma victime que je me faisais un plaisir de le déguster, cependant les mots de Monsieur Toga me ramenèrent dans notre réalité, mettant fin à mon tête à tête. Mes mains étaient trempées du liquide céphalo-rachidien, sous mes ongles, autour de mon piercing et aux coin de mes lèvres avaient élus domiciles des morceaux de cervelles tandis que mes mains agrippaient jalousement de plus gros morceaux. Ma façon de manger trahissait le fait que j'étais quotidiennement contraint de m'affamer. ”Uniquement quand j'atteins ma limite.” Lui répondais-je avec sincérité. Ma main droite se levait pour engouffrer le morceau de viande que je mastiquais sans classe. ”Pwère weut pas.” Continuais-je la bouche pleine. J'avais tellement rêvé de ce moment que rien ne pouvait m'empêcher de manger. Mes mains à nouveau vides, je m'amusais à racler le fond de sa boite crânienne pour enfin le porter à mes lèvres pour y boire les restes, m'en mettant partout au passage. J'avais l'air d'un enfant sans manière mais je m'en fichais. Je souhaitais poursuivre mon repas, tous les dévorer pour ne laisser que du sang séché derrière nous. Sans délicatesse -mais non sans difficulté- j'arrachais un de ses yeux pour cette fois-ci le lécher goulûment avec envie. Sans même m'en rendre compte, cette scène avait quelque chose d'érotique. Le bout pointue de ma langue caressait le globe imparfait de ce qui fut mon camarade de promotion. Glissant le long de sa courbe pour enrouler le nerf optique autour d'elle. Ainsi cela pu me permettre de l'attirer dans ma bouche, le lâchant pour le gober et enfin l'éclater dans un gémissement ultime. Il n'y avait pas à dire, cela se voyait que je prenais mon pied.

Les derniers mots de Monsieur Toga me coupèrent presque l'appétit. Etais-je juste un spectacle pour lui? Ne l'avais-je pas amené ici pour poursuivre son repas, le remercier de sa gentillesse passée? Mes yeux levés vers lui, je le regardais sans comprendre. ”Ne comptez-vous pas manger avec moi?” Lui demandais-je en baissant les yeux vers le cadavre de mon camarade de classe. Une moue déformait la partie basse de mon visage alors que je réfléchissais à quoi faire. ”Pas de témoins.” Déclarais-je sur un ton inhabituellement grave. La nouvelle venait de tomber pour mes anciens amis. L'un, probablement le dernier courageux, me promettait de se taire, tandis que les deux autres acquiesçaient, de faire comme si rien ne s'était passé et ce malgré ma nature... de monstre. Ce mot venait de tomber. Monstre. Nous n'en étions pas! Mon père se tuait à me répéter que les humains étaient nos égaux mais les humains, eux, avaient le don de me conforter dans l'idée que nous ne l'étions pas et que nous ne le serons jamais. Entre eux ou nous, nous étions largement supérieurs, la preuve en était leur façon de trembler devant nous. Brusquement, je me levais, les poings serrés, des larmes de colères commencèrent à humidifier mon regard. ”Nous n'sommes pas des monstres!” Criais-je alors que je me dirigeais vers le dernier garçon vivant pour lui attraper le crâne. Comme avec mon ancien camarade, je lui tapais la tête contre le mur. Contrairement à tout à l'heure, je me faisais plus brutale. Je ne jouais plus. Cet idiot m'avait vraiment énervé! A chacun de mes coups, j'hurlais après lui, lui répétant que non, nous n'étions pas monstrueux. Des larmes perlaient le long de mes joues, ces dernières venaient se mélanger au fluides humains encore sur mon visage alors que je me laissais aller dans une crise de nerfs.

Le spectacle était fini, mon repas également. Si plus tôt j'avais l'air d'une bête, à présent je ressemblais d'avantage au monstre que les pauvres agneaux devaient imaginer. Les dernières survivantes se tassaient dans le coin de la pièce, tombant à genoux, se serrant l'une dans les bras de l'autre. Moi, j'étais plus concentré sur l'inconscient qui avait osé nous traiter de monstre. A force de frapper son crâne contre le mur, je finissais par lui casser sa boîte crânienne. Cependant, je ne m'arrêtais pas là, mon excès de rage me poussait encore et encore à frapper jusqu'à ce qu'il soit complètement déformé, méconnaissable. J'offrais cette vision d'horreur à l'assistance, ayant complètement perdu pied. Je pouvais sentir mon cœur cogner contre ma poitrine tandis que je me nourrissais à présent de l'adrénaline qui coulait dans mes veines. Ce ne fut que quand je sentais son liquide céphalo-rachidien couler entre mes doigts que je me stoppais, regardant mon oeuvre. Penché au dessus de mon ancien camarade, complètement salie par les fluides humains, ma rage descendait petit à petit. J'étais choqué de mon oeuvre, complètement perdu alors que je me tournais vers Monsieur Toga. Mon regard se levait vers lui, ce dernier se faisant suppliant. ”M-...” J'avais beau essayer de parler, je n'y arrivais pas, m'exprimant uniquement par onomatopée. Dans ma tête, mes pensées se bousculaient. Je savais que j'avais fauté, fort heureusement, la culpabilité n'arriverait que le lendemain, comme à chaque fois que je désobéissais à mon père. Un problème plus grave s'offrait à moi. Nous n'avions pas couvert nos visages, il y avait donc un témoin en plus hors de cette salle et très probablement des enregistrements vidéos. De plus, j'étais couvert -entre autre chose- de sang humain et d'après les mots précédent de Monsieur Toga, il semblait avoir des responsabilités. ”T-...” Après la bête, puis le monstre, j'avais à présent l'air d'un agneau inoffensif comme plus tôt dans la ruelle.




Toga Shinichi
Classe S
avatar
DC : Umehara Hikaru
Messages : 176
Points : 287
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Dim 24 Juin - 16:17








INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Il regardait la créature manger goulûment avec un brin de tendresse. Les jeunes goules affamées avaient tendance a avoir un appétit monstrueux. Encore une fois, il avait l’impression de se revoir plus jeune, découvrant pour la première fois les ruelles bondées de la capitale, la nourriture qui coulait à flot. Contrairement à Jiro, il n’avait eu aucun parent pour le brider ou réfréner ses pulsions. Partout où son regard se posait, il dévorait têtes et corps, s’acharnait bec et ongle. Il avait été un chien fou parmi tant d’autres. Mais avec les années, cette fièvre lui était passé. Une fois qu’on réalisait que le monde était à portée de main, qu’il suffisait de tendre le bras pour arracher ce que l’on désirait le plus, la vie devenait beaucoup plus douce. Les bras croisés contre la poitrine, son sourire s’étira lorsque le jeune homme prit conscience de ce qu’il venait de lui dire. « Disons que j’en ai eu suffisamment pour ce soir » La goule se plaisait à jouer les adultes raisonnables –chose qu’elle n’était certainement pas. S’il était venu ici, c’était avant tout pour voir son agneau se transformer en loup, s’épanouir gracieusement dans le sang et les larmes de ses proies. De plus, il éprouvait un plaisir malsain à tuer et voir mourir sans aucun but « nutritif ». C’était un beau spectacle que lui offrait Jiro : un charmant divertissement. Cela sembla faire tourner quelques rouages dans l’esprit confus du jeune homme. Pas de témoins : effectivement, pour les sûreté, il fallait veiller à cela. Ils s’étaient engagés dans un chemin des plus risqués, ce qui demandait un ménage « complet ». Les futures victimes s’affolèrent. Les mots qui parvinrent à ses oreilles le firent grincer des dents, mais il se mit à rire. Depuis quand les brebis se permettaient-elles de juger les loups ? Aucun humain ne versait des larmes des compassion à la vue d’un gigot. C’était les lois, immuables, de la nature. Manger ou être mangé.

Jiro ne l’entendit pas d’une si bonne oreille. Le spectacle qui se joue devant lui eu le don de lui couper le souffle. Ce n’était pas tant la violence des actions qui l’impressionnait, mais bel et bien la rage et la douleur qui émanaient de lui. Ces mots venaient de toucher à quelque chose de bien plus sensible et profond qu’il ne l’aurait cru. Shinichi n’intervint pas pour le stopper. Il le regardait avec plus de sérieux qu’il ne l’avait jamais fait, impassible. Il n’y avait rien à dire et rien à faire. A elle seule, la jeune goule exprimait tout. Les humains n’étaient pas si différents d’eux et, pourtant, ne parvenaient à les comprendre. Il restait pourtant globalement insensible à toute ces questions. Pour lui, ils n’étaient rien de plus que de misérables vers, bons à être dévorés ou écrasés.

La rage de Jiro disparut en même temps que la vie quittait le corps de sa misérable victime. Shinichi n’eut pas le temps de déchiffrer toutes les émotions qui parcoururent son visage maculé de fluides humains. Avant toute chose, il parvenait à lire le choc qui venait avec le contrecoup des événements. Il n’y avait plus aucune trace du prédateur qui avait si sauvagement repeint en vermeil les murs de la pièce. L’homme se sentait presque –presque- attendri. Avec tout ce qu’il venait de se passer, il réalisait que la jeune goule ne maîtrisait ni sa force ni ses émotions. Un colosse aux pieds d’argile, pensa-t-il alors qui se décidait à agir, enjambant les débris comme si de rien n’était. Il l’avait livré à lui-même pendant un petit moment, mais Jiro n’était visiblement pas encore en mesure de supporter tout ça. La force était importante, mais il fallait avant tout avoir du sang froid, chose dont il manquait. Un sourire tout aussi espiègle qu’encourageant pris place sur ses lèvres sombres. Le garçon réalisait certainement les erreurs dans leur parcours ; c’était un bon début. « Tout va bien » le rassura-t-il en venant essuyer d’un revers de manche le sang qui commencer à sécher sur son visage blême. « Je vais faire le ménage, personne ne remontera jusqu’à nous » Il conservait toujours ses inflexions de démon tout droit sorti d’un songe, murmurant les mots qui rassuraient les consciences meurtries. Il connaissait la démarche par coeur. Ses doigts fins vinrent caresser avec douceur son front pour dégager les mèches gorgés de liquide écarlate qui venaient s’y coller. « Il n’y aura pas de témoins...et pas de preuves. Plus rien du tout » chantonnait-il presque. La goule commençait à s’y faire. Il suffisait de massacrer tout le monde, détruire le système de surveillance et ...laisser le feu réduire à néant toutes les preuves. Il avait beaucoup fonctionné de la sorte, à l’époque. C’était classique mais salvateur. Shinichi passa une main dans ses cheveux rosés. Le tout était de s’organiser. Premièrement ... il ne jeta pas le moindre regard aux derniers survivants alors qu’il déployait à nouveau son kagune. En un coup, direct, son arme faucha les têtes restantes. Elles roulèrent sur le sol dans un bruit mat, coupant net les gémissements qui n’arrêtaient pas. Cela lui faisait presque du bien. Il jeta un regard serein à Jiro avant de lui tendre une nouvelle fois la main. « Me fais-tu confiance, Jiro ? » Ici allait commencer la fin de leur premier acte.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 979
Points : 1609
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Lun 25 Juin - 0:16






INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Le loup était parti de la bergerie, laissant place à un enfant complètement chamboulé par ce qui venait de se produire. Je reprennais doucement conscience. C'était moi, celui qui avait fait ce massacre. Encore une fois, j'avais laissé la faim me parler, me guider. J'avais laissé mes instincts parler, j'avais laissé place au vrai moi, à la goule. J'avais montré à mes camarade mon vrai visage, celui qu'ils appelaient "Monstre" et à l'entente de ce mot, j'avais laissé parler ma colère. Non, je n'étais pas un monstre. J'étais une goule, une créature cousine de la race humaine. Nous étions en tout point similaire à quelques exceptions près, certes, mais nous n'étions pas des monstres. A mes côté, un de mes semblable avait pu admirer le spectacle. Ce Monsieur Toga semblait être un être une goule des plus conciliante et responsable. A mes yeux, il me semblait être quelqu'un de bon, quelqu'un qui malgré ses responsabilités semblait prendre soin de ses subordonnés ou des goules plus faibles. Ce qui me le faisait penser? Son comportement envers moi. Il me donnait l'impression de me guider vers le chemin contraire que celui que m'imposait mon père. Pourtant, j'avais eu l'impression d'avoir emprunter la bonne route. J'avais l'impression que c'est ce que nous devions faire, en temps que goule, nous sustenter des humains. Peut être pas avec la brutalité dont j'avais fait preuve ce soir, mais c'était ainsi que nous étions fait. Nous étions leur prédateur et en aucun cas leurs égaux ou des créatures inférieures, bien au contraire.

Monsieur Toga s'approchait à nouveau de moi. Je le laissais m'essuyer, me toucher, lui offrant une moue des plus adorable lorsque sa manche venait essuyer mes lèvres. J'écoutais le plus vieux attentivement, me laissant -comme plus tôt- bercer par ses douces paroles. Il n'y avait aucun doute, Monsieur Toga était vraiment bon. Doucement, mes lèvres s'élargissaient pour lui offrir un sourire timide. Le regard brillant, je voyais cet homme comme un sauveur, un modèle à suivre. Il avait toute mon attention, tellement que lorsque j'entendais les têtes rouler au sol, je sursautais, détournant mon regard. Il n'y avait pas à dire, nous ne jouions pas dans la même catégorie. Cette goule était si fascinante, comme une rose, si belle et si piquante pour les humains. En était-il autant pour les goules? J'en doutais, lui qui avait été si bon. Mon regard se tournait à nouveau vers lui, se posant sur la main qu'il me tendait. "J-je vous fais confiance, Monsieur Toga." Lui répondais-je doucement tout en posant ma main droite dans la suite. Ainsi, je me relevais. Mon esprit redevait clair alors que mon regard faisait le tour de la salle, constatant le massacre. Ma langue passait la barrière de mes lèvres pour venir les humidifier. L'odeur dans la pièce était délicieuse quant au résultat final, il me semblait aussi grossier que le Bœuf écorché de Rembrandt. Impur, les chairs malmenés avec une touche grasse. Ce tableau d'horreur était pourtant si fascinant! A nouveau, je posais mes yeux sur la goule. "Il faut que je supprime quelques passages des enregistrements." De toute évidence, j'avais retrouvé mes facultés de réflexion comme le prouvait mes dires. "Si les piafs arrivent à mettre la main dessus, elles doivent être mon alibi." Mon idée était simple, je devais faire en sorte que la preuve pouvant nous inculper devienne le premier argument pour ma défense. Je fronçais les sourcils. "Il faut qu'ils me voient quitter ce bâtiment." C'était plus sûr pour moi. Je regardais Monsieur Toga, levant ma capuche sur ma tête pour cacher mon visage salis par les fluides humains.

Avant de quitter la pièce, je me dirigeai une dernière fois vers ma dernière victime pour regarder le massacre. Je restais silencieux quelques secondes avant de me baisser pour lui attraper la langue. C'est que j'aurais peut être une petite faim plus tard! A moins qu'il ne s'agisse juste de gourmandise. De toute mes forces, je tirai sur celle-ci pour l'arracher, m'y reprenant à plusieurs reprises pour enfin tomber sur les fesses. Par chance, la langue avait suivi, cette dernière se trouvant à présent entre mes doigts. Un sourire satisfait, je me relevais, m'essuyant les fesses d'une main tandis que l'autre venait cacher le muscle encore chaud dans ma poche. Je me tournais vers mon compagnon, lui souriant. "Merci, Monsieur Toga."




Toga Shinichi
Classe S
avatar
DC : Umehara Hikaru
Messages : 176
Points : 287
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Lun 16 Juil - 17:30






INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Ce genre de situation le faisait rire doucement. Il se rappelait subitement de sa prime jeunesse, ou tous les actes étaient encore brouillons, embarrassés. Les idées avaient eu parfois du mal à naître dans sa jeune tête, pleine de chimères et de rage. A l’époque, il rêvait amoureusement de destruction ; un fil décousu de pulsions qui se noyait dans un tissus de violence. Aujourd’hui, les choses étaient différentes. Chaque chose venait en son temps, et chaque meurtre avait sa procédure de fin. Celle de la soirée semblait toute tracée. Shinichi voyait déjà très clairement son déroulement et ce dans les moindres détails. Une fois Jiro revenu à lui-même, tout irait pour le mieux. Ils étaient, de toute manière, bien trop supérieurs aux humains pour les craindre d’une quelconque façon. La goule pensait sincèrement qu’il était dans leurs intérêts de ne jamais tomber sur elle. Pour avoir croisé le fer contre le CCG à plusieurs reprises, il savait parfaitement ce qu’il valait. Il n’était pas fiché S pour rien, pensait-il avec une certaine suffisance.

En peu de temps, il réalisa avec plaisir que son jeune compagnon venait de reprendre ses esprits. Le dernier acte pouvait donc pleinement commencer. Il referma ses doigts sur la main chaude qui venait de saisir la sienne, sourire espiègle aux lèvres. Ce soir, ils pourront admirer un véritable feu de joie. « Parfait » Les rouages se remirent à tourner rapidement dans l’esprit de Jiro, ce dernier exposant ce qui lui restait à faire. Shinichi acquiesça avec flegme. « Je te laisse gérer tout ça alors. Une fois que tu auras fini ... je prendrais la relève ~ » sa voix mélodieuse s’élevait dans l’air glacial. La terreur paraissait subsister quelque part, suspendue dans une inertie mobile au dessus de leurs têtes. Peut-être que les fantômes de leurs victimes venaient les maudire depuis l’autre côté : il n’en avait cure. Shinichi n’avait peur de personne : il était son seul et unique ennemi.


Il valsait au milieu des flammes, respirant avec délice les lourdes fumées noires. Lorsque leurs estomacs ne pouvaient tout faire disparaitre, le feu était de loin le meilleur des alliés. Les flammes dévoraient goulûment les chairs et les os pour les transformer en des milliers de cendre grises, emportant avec elles empreintes ou enregistrement vidéos. En quittant l’immense brasier telle une ombre, il observait les passant horrifiés avec un air de délice. Il avait hâte de revoir son jeune ami.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Let's play a game :: Les déchets-
Sauter vers: