(jiro) you make me feel sweet

 :: Tôkyô city :: Shinjuku Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
DC : Abe Cléo ♥
Messages : 388
Points : 446
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Commentaires :
jiro - Shinichi ~ Rei ~ Yoona ~ Event
(vava ; truc.)
Dim 29 Avr - 19:41
Les yeux perdus sur la façade de l'établissement, Arai termine sa cigarette. Il repense à toutes ces nombreuses affaires dont il doit s'occuper, de tous ces monstres qui hantent les ruelles de la ville qui ne dort jamais, de tous ces pauvres civils innocents qui ne savent pas que la menace croit encore et encore... C'est un combat de tous les jours que le trentenaire a choisi de mener, un combat contre ses démons du passé, un combat pour celle qu'il a perdu à tout jamais. A l'évidence, il n'y a pas un jour qui se termine sans qu'il n'ait ressassé toute cette histoire, pas une nuit qui lui permette de ne pas faire de cauchemar. C'est un cercle vicieux qui se répète sans fin. A quel instant cela va-t-il se terminer ? Peut-être quand Arai aura réussi à mettre la main sur la goule qui a sauvagement attaqué sa petite-amie...
Abandonnant un soupir, l'agent du centre de contrôle des goules écrase sa barre de nicotine avant de pousser la porte du salon de tatouages. Cet endroit est presque sa deuxième maison, à défaut d'en avoir une plus rassurante. Arai est recouvert de tatouages, à vrai dire il en possède plus d'une trentaine sur tout son corps, et ceux-ci racontent bien sûr tous une histoire. C'est un peu sa fierté, d'être capable de porter les horreurs qui ont orné son chemin depuis trente-six ans. Il les montre au reste du monde dans un symbole finalement positif dans le sens où si lui y est parvenu, tous peuvent y arriver à leur tour.

« Bonjour, c'est Arai », s'annonce-t-il en arrivant au comptoir de la réception.

Ses pupilles s'étendent à leurs habitudes sur les différents dessins disposés sur les murs, sur le comptoir, çà et là dans la boutique. Au loin, il n'entend pas la désormais traditionnelle machine à tatouer qui s'active, gravant à tout jamais la peau de l'un de ces addicts, non, il imagine bien plus l'homme penché sur son oeuvre, à la travailler à la lame.
Arai se souvient encore du tout premier tatouage qu'il s'est fait. C'était celui au poignet, plutôt discret finalement, et il ne lui a pas fait aussi mal qu'il aurait pensé. C'était un chiffre romain, significatif à ses yeux. Le salon dans lequel il s'était rendu n'était sûrement pas le meilleur, mais il avait tout de suite apprécier les tatoueurs qui s'étaient montrés attentifs à ce qu'il demandait. C'était bien plus agréable que ceux qui ne prennent pas en compte leurs clients... Autant changer de métier. Et puis, au fur et à mesure des années, cette envie d'en avoir davantage sur lui a grandi et c'est un choix pour lequel il ne reviendrait pas en arrière. Ces marques noires, ces dessins ou bien ces phrases, chiffres, rien n'a été fait au hasard.
Il passe une main dans sa chevelure tandis que l'autre feuillette naturellement le book posé sur le plan. Tout y est toujours très beau, différent, intéressant. Arai sait pour quelle raison il continue de venir par ici, et c'est, en plus, pour les tatouages faits "à l'ancienne", dans le respect des traditions d'abord faite pour les Yakuzas.
Des bruits de pas lui font redresser le visage et un léger sourire s'affiche sur son visage quand il aperçoit Jiro venir dans sa direction.

« Alors, c'est comme ça que tu reçois tes clients, Jiro ? le gronde-t-il gentiment, comment vas-tu ? Je viens pour la retouche, si possible. »


I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Lun 7 Mai - 21:35
You make me feel sweet
ft. Nishimura Arai

 
Une délicieuse odeur embaumait toute la pièce. Les yeux rivés sur la partie du corps que je travaillais, j'étais concentré. D'une main, j'étirais la peau que mon client m'offrait, de l'autre, la machine que je tenais comme un stylo venait meurtrir sa chair, laissant derrière elle son emprunte tandis que quelques gouttes de sang se frayaient un chemin à l'extérieur de ce doux tissus rendant mon travail plus passionnant encore. Je devais maintenir la réputation du salon de mon père et offrir à mes clients un service irréprochable. Je m'autorisais tout de même quelques secondes de pause, au moment où j'essuyais le superflus d'encre, ce dernier se mélangeant divinement au sang de l'humain sur qui j'imposais mon emprunte. Avant de terminer mon ouvrage, je me permis même un"faux mouvement" en l'essuyant, déposant pas "mégarde" un peu d'encre sur ma joue histoire de m’imprégner d'avantage de l'odeur divine de l’hémoglobine humaine. Ce doux parfum resterai encore un peu dans mes narines.
Le client nettoyé et mon oeuvre couverte d'un cellophane, je le libérai. Nous quittions ensemble ma salle de travail pour nous rendre à l'accueil quand je fus pris de stupeur. Mon regard se levait vers le visiteur et un large sourire vint étirer mes lèvres. "Tonton!" M'exclamais-je enjoué. Cet homme n'avait aucun lien de sang avec moi, nous étions deux inconnus... quoi que, pas tellement. Je connaissais son identité, il était l'un de nos ennemis juré, une Colombe. Si mon père m'avait apprit une chose c'était d'être proche de mes amis et encore plus de mes ennemis alors n'était-ce pas normal d'être aussi familier avec ce genre d'individus? J'accourais vers lui, sautillant joyeusement pour le serrer dans mes bras. A sa réflexion, je m'éloignais d'un pas, tirant la langue tel un petit chenapan après avoir fait une bêtise. "Mais tu n'es pas un simple client ~ " Chantonnais-je joyeusement. "Je vais bien, et toi?" Rétorquais-je, lui offrant une boue pensive. "Père est à l'étage avec un client, mais je peux voir ce que je peux faire pour toi ~ "

 
Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
DC : Abe Cléo ♥
Messages : 388
Points : 446
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Commentaires :
jiro - Shinichi ~ Rei ~ Yoona ~ Event
(vava ; truc.)
Lun 7 Mai - 23:42

La simple pensée de savoir Jiro dans ce salon emplissait toujours de joie Arai. Ce jeune homme a quelque chose d'étonnant en lui (en-dehors du fait qu'il soit une goule et que le plus âgé n'en soit pas encore au courant). Il lui permet de songer à autre chose, de ne plus réfléchir au moindre de ses actes. Peut-être que Jiro ne lui autorise cette trêve que parce qu'il doit bien un instant se reposer pour ne pas imploser ; exploser. Un délicat sourire se trace donc sur ses lèvres tandis que son cadet se pend à ses bras, lui donnant un étreinte qui l'amuse. Sa main tatouée se lève sur la chevelure de Jiro pour l'ébouriffer davantage.

« Je vais bien aussi, répond-t-il, allons-y, je te suis. »

Il dépose une main bienveillante sur l'épaule du plus jeune avant de marcher dans ses pas jusqu'à la salle où il va lui présenter son tatouage. Arai fait comme chez lui, n'hésitant pas à déposer ses affaires sur un bureau avant de retirer son tee-shirt pour dévoiler son torse à Jiro. Juste au niveau de ses côtes, il est venu plusieurs jours auparavant pour faire graver cette date qui a déjà commencé à lui ronger le corps et l'esprit depuis bien des mois. Aujourd'hui, il montre cette plaie pour les éventuelles retouches, mais c'en est presque risible. Des retouches... Ah ! si elles avaient pu être bien plus tôt. Si elles pouvaient n'avoir jamais eu lieu.

« Je pensais qu'il faut repasser un peu sur le 'IX', qu'est-ce que tu en penses ? »

XII.IX.MMXVI
Le 12 Septembre 2016, soit plus d'un an et demi auparavant, deux jours avant l'anniversaire d'Arai. Aux jours d'aujourd'hui, il n'a plus grand-chose à fêter hormis ce deuil qui lui enserre la poitrine un peu plus à chaque seconde. Il ne sait pas comment tout cela a pu se produire. A quel instant l'horreur a pu surgir de nulle part pour emporter son ex-petite-amie et plus encore... Rien que d'y penser, ses poings se referment par automatisme et, pour éviter de cogner contre le mur le plus proche, il secoue doucement la tête pour reporter son attention sur son interlocuteur qui commence déjà à se préparer.

« Comment va ton père ? Les affaires continuent de fleurir ? Vous avez une bonne réputation dans le quartier », le complimente-t-il.


I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Mar 8 Mai - 3:06
You make me feel sweet
ft. Nishimura Arai

 
Ma main se plongeait dans mes cheveux pour remettre le tout en place, faisant la moue, tel un enfant boudeur. Rapidement, je tournais le dos à la Colombe pour tapoter le comptoir de mon doigt. "Encaisse Monsieur, je m'occupe de Tonton!" Ordonnais-je un large sourire aux lèvres pour enfin guider Nishimura Arai dans ma salle de travail. A l'intérieur de cette dernière, y était affiché certains de mes chef d’œuvres, principalement des travaux de cours que j'utilisais comme support pour montrer à mes clients, leur donnant une idée de mon style graphique, un style qui évoquait les estampes traditionnelles de jadis mélangé à un trait stylisé qui semblait plus moderne, "pop" comme certains le définissaient. Me doutant que notre ennemi prendrait ses aises, je me permis de ne pas m'occuper de lui, nettoyant le diva d'examen médical après avoir jeté le papier protecteur. J'en faisais de même avec mon espace de travail, jetant les petits récipients en plastique et les aiguilles utilisées. J'en sortais de nouvelles pour l'installer sur ma machine. Mes préparatifs terminés, je me penchais sur le corps athlétique de l'homme. "Assis toi, Tonton!" Déclarais-je, l'invitant à s'asseoir sur le diva d'examen tandis que je faisais de même sur le tabouret à côté. Mes doigts de ma main gauche venaient caresser sa peau tandis que je me laissais enivrer par l'odeur que l'humain dégageait. Délicieux... Ce soir, je mangerais probablement pour deux à cause de la frustration engendrée par mon client précédent et la délicieuse odeur de l'inspecteur Nishimura.

Je venais enfiler mes gants. "Il faut aussi retoucher le dernier "I", il n'est pas assez épais comparé aux autres, ce ne sera pas long ~ " Commentais-je souriant. J'étalais la crème soit disant anesthésiante sur sa peau, comme si un inspecteur de sa trempe en avait besoin. Qu'est ce que quelques minutes de retouches avec une machine pouvait représenter pour un inspecteur de sa trempe. Rien! Il avait probablement connu pire, après tout c'était des goules qu'il affrontait! Enfin prêt, je plongeais mon regard humain dans le sien, lui offrant un large sourire. "Prêt?" Et sans même attendre sa réponse, je mettais en route la machine, appuyant sur ma pédale une fois les aiguilles imbibées d'encre. J'étirais sa peau pour bien la piquer, le bourdonnement de la machine ne n’empêchant pas d'entendre ses mots. "Toujours aussi râleur donc je suppose qu'il va toujours aussi bien ~ " Répondais-je en ricanant. C'était vrai, mon père semblait être un homme froid, les sourcils toujours froncés avaient finis par creusé sa ride du lion ce qui n'arrangeait pas en rien la rigidité qu'il dégageait. Il était tout mon contraire, moi qui semblait si insouciant et joyeux. "Oui, nos voisins les plus proches ont compris que nous n'étions pas des yakuzas quand bien même Père continue de les tatouer, ce n'est pas sa faute s'il est doué! Et puis c'est grâce à eux que l'on peut manger! Mais nous avons aussi de plus en plus de jeune comme tu as pu voir avec le client précédent!" L'idée de me nourrir me revenait en tête me faisant inconsciemment lécher ma lèvre supérieure. Les effluves de l'inspecteur n'arrangeaient en rien la situation tout comme le sang que j'avais conservé sur ma joue. Vivement ce soir!

 
Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
DC : Abe Cléo ♥
Messages : 388
Points : 446
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Commentaires :
jiro - Shinichi ~ Rei ~ Yoona ~ Event
(vava ; truc.)
Jeu 10 Mai - 10:47
« Je te fais confiance », acquiesce l'agent du CCG.

Il doit bien avouer qu'avec la trentaine de tatouages qui s'éparpillent sur tout son corps, il ne ressent plus vraiment la douleur d'une petite retouche de cinq minutes. Cet art l'a toujours fasciné, conquis. Inscrire tout un tas de choses sur son corps est aussi une puissante drogue qui le fait subsister à travers les difficultés de la vie. Ces moments de douleur font partie intégrante à son histoire, ils sont en lui et sur lui à tout jamais. Il n'a pas honte de les dévoiler aux autres, malgré la réputation que peuvent avoir les tatouages aujourd'hui au Japon. Mais bon, est-ce que les Colombes ne sont pas bien plus cruelles que les Yakuzas ?
Une fois installé sur la table d'examen, Arai fit signe à son interlocuteur pour lui signaler qu'il peut commencer dès qu'il le désire. Il le regarde s'exercer, paisible, sachant bien à qui il a affaire. La machine se met en marche et Arai en profite pour demander des nouvelles du père Ikeda. Un léger sourire se trace sur le visage du client quand le tatoueur lui apprend qu'il râle toujours autant. Cela ne l'étonne pas, depuis le temps qu'il le connaît, mais les gens râleurs sont généralement les plus perfectionnistes. Il y a toujours une raison derrière ces propos - Arai en est convaincu.

« Cela ne m'étonne pas, et je comprends les Yakuzas. Les talents se font rares ici et j'avoue ne pas avoir envie de confier mon corps à n'importe qui, affirme le brun. Et toi alors, tu n'as toujours pas eu le droit de découvrir la technique ancestrale du tatouage à l'ancienne ? »

Le plus âgé sait que ce sont les désirs de Jiro, dévoluer dans ce milieu pour s'y faire son propre nom, sa propre renommée. Clairement, Arai le soutient dans sa démarche, appréciant toujours les dessins qu'ils lui présentent et ceux qui recouvrent les murs de cette salle. Son style est différent de celui de son père, mais ils n'en déméritent pas moins. A l'évidence, puisque Arai est toujours un fidèle client.
Ses pupilles se relèvent vers le plafond, il patiente sagement jusqu'à ce que la retouche soit terminée. Ce n'est pas vraiment douloureux même si la zone des côtes est loin d'être la plus agréable à se faire tatouer. C'est surtout ceux dans son dos qui lui ont causé des maux différents, à s'en cramponner à la table. Il en serre encore les dents aujourd'hui en se remémorrant cet instant désagréable... mais le résultat a complètement fait oublier tout le reste. Après tout, on le dit bien, qu'il faut souffrir pour être beau.

« Au fait, tu dis qu'il y a de plus en plus de jeunes clients, s'amuse-t-il, cela veut dire que tu me considères comme un vieux ? »

Un petit rire s'échappe de ses lèvres, surtout en reportant son regard sur le visage concentré du jeune homme au-dessus de lui. Bon, il n'est plus vraiment de la dernière génération, c'est certain, mais il n'est pas encore bon pour la poubelle, à bientôt trente-sept ans... si ? Ah ! qu'il n'aille pas dire cela au CCG, lui qui est une de leurs meilleures récentes recrues.


I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Jeu 10 Mai - 15:43
You make me feel sweet
ft. Nishimura Arai

 
Les aiguilles s'enfonçaient dans la peau de l'inspecteur. Je regardais avec attention ce délicieux balais qui s’opérait entre l'épiderme de l'humain et ma machine, me délectant une fois encore de voir le sang couler. D'un geste adroit, je venais essuyer sa peau à l'aide d'un mouchoir, riant jaune à ses mots. "Pas encore. Peut être lorsque j'aurais le droit d'effleurer ses bambous une fois mon diplôme en poche." Commentais-je, relevant les yeux vers l'inspecteur pour lui offrir un de mes sourire habituel. Concernant mon apprentissage, je me pensais prêt à être formé à l'art du tatouage traditionnel. En revanche, aux yeux de mon père, je n'avais probablement pas les capacités suffisantes. Je savais qu'il n'appréciait pas non plus mon style graphique, le jugeant pas assez noble pour pouvoir exercer le tatouage traditionnel. Cependant, j'étais prêt à abandonner mon identité graphique pour perpétuer la tradition. Pour plaire à mon père j'étais prêt à tout, la preuve en était que je m'affamais, me contentant de ce qu'il me donnait... à l'exception de mes moments d'égarement due à ma faim. Comment faisait-il, lui, pour ne pas être davantage tenté?

Je reprenais mon travail, me concentrant sur le "X". Le centre du signe romain était parsemé de trou laissant entrevoir le teint de peau de Monsieur Nishimura. Mes aiguilles le piquaient à nouveau, l'imbibant de l'encre noire, parfaisant l'ouvrage. "Ben oui ~" Répondais-je à sa taquinerie, ricanant encore alors que mes lèvres s'étiraient à nouveau. "Tu es vieux Tonton!" Argumentais-je tel le bambin innocent et insolent que j'étais. "Sinon, je t'aurais peut être dragué?" Concluais-je, ma langue passant sur mes lèvres comme la goule affamée que j'étais. En une plaisanterie, je venais de détruire l'image de l'innocent gamin que j'essayais temps bien que mal de construire dans le quartier. J'avais profité de la question pour me jouer de lui. Une goule n'aurais jamais osé proférer de tel propos à un agent du CCG et c'était une raison suffisante de s'en amuser. Si seulement Monsieur Nishimura connaissait la vérité, se serait-il amusé de ce commentaire ou m'aurait-il planter sa quinque dans l’abdomen? A cette idée, je ricanais malicieusement. Je me serai délecté de ce moment. Cependant, un jour viendra où il découvrira ma véritable nature, possiblement... et si ce jour arrivait, comment réagirait-il? Serait-il dégoûté? Effrayé à l'idée qu'il ait pu laisser mon père et moi toucher sa peau, qu'il ait pu nous confier son corps sans savoir que l'odeur de son sang excitait nos sens. Serait-il au contraire déconcerté, son esprit lutterait-il pour adhérer à la façon de penser de père sur l'égalité humain-goule? Et si mon père y avait déjà pensé... et si les bons traitements qu'il réservait à Monsieur Nishimura n'étaient pas anodin? Toutes ces questions dans ma tête déformaient mon visage, transformant mon habituel sourire en une moue pensive des plus adorable.

 
Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
DC : Abe Cléo ♥
Messages : 388
Points : 446
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Commentaires :
jiro - Shinichi ~ Rei ~ Yoona ~ Event
(vava ; truc.)
Sam 12 Mai - 22:35

Ce sentiment, cette atmosphère, ce besoin de constamment se renouveler afin d'offrir le meilleur à ses clients... Arai connaît très bien tout cela, ayant lui-même pratiqué l'art du tatouage durant plus de dix années avant que toute la tragédie de sa vie ne vienne la lui gâcher. Il aimait dessiner, il gribouillait au tout début sur tout ce qui traînait avant d'acheter des cahiers d'excellentes qualité et de faire des portraits. C'est celui d'Emiri qu'il a toujours le mieux réussi, satisfait lui-même et satisfaisant aussi la demoiselle. Il n'était qu'un gamin quand il l'avait reperé et qu'ils ont commencé à s'aimer ; aujourd'hui il est un homme qui a tout perdu. S'il tient encore sur ses jambes à cet instant c'est pour nourrir sa vengeance envers la goule qui a dévoré Emiri, toutes les goules en règle générale.
L'Inspecteur en Chef abandonne un léger soupir en reportant son attention sur le jeune homme penché au-dessus de son torse. Les aiguilles s'enfoncent dans sa peau sans lui faire plus de mal qu'une ridicule piqûre d'insecte. Ses pupilles se fixent sur le visage concentré du tatoueur qui exerce son métier avec aisance et plaisir. Il se revoit des années en arrière, faisant aussi de son mieux pour satisfaire ceux qui lui ont confié leurs corps le temps de plusieurs heures. Les tatouages ont tous des significations différentes, parfois étonnantes, et qui lui ont permis d'évoluer et de se spécialiser petit à petit. A ce moment, en y repensant, il se demande s'il serait encore capable de faire aussi bien qu'avant son recrutement au sein de Centre de Contrôle des Goules. Les Colombes qui l'ont recruté lui ont permis de se redresser, ont donné un nouveau sens à sa vie. Le récent Nishimura Arai n'a plus rien à voir avec l'homme qui avait conservé son âme d'enfant.

« Ah oui, vraiment ? s'amuse-t-il aux propos de Jiro, tu es bien trop jeune pour moi tu sais. »

Il le taquine sans même imaginer un seul instant la bête qui séjourne dans ce corps si juvénile. Depuis qu'il le connaît, Arai n'a jamais eu le moindre soupçon le concernant. Pour lui, c'est un garçon docile, ambitieux et qui n'a pas un brin de méchanceté en lui. Cependant, comme le dit le dicton, il faut se méfier de l'eau qui dort... Jiro cache-t-il si bien son jeu ? Arai l'ignore, mais le voit bien consterné, pensif.

« Eh, ne sois pas déçu, reprend-t-il sur le même ton de la plaisanterie, il y a bien d'autres personnes qui sont susceptibles de te plaire. »

Un sourire se trace, presque invisible, aux coins de ses lèvres tandis que la machine à encre commence à ralentir avant de s'éteindre. Arai ne bouge pas tout de suite, laissant son cadet laver sa peau et lui faire montrer le résultat. Voilà qui est bien mieux ainsi retouché ! Le 12 Septembre 2016 est désormais une date qu'il ne peut plus effacer, que ce soit dans sa mémoire ou sur son corps. Il ne pourra jamais la manquer. Masochisme ? Douleur, souffrance... vengeance. La Colombe est sûrement la personne la moins blanche dans cette pièce.


I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Dim 13 Mai - 17:25
You make me feel sweet
ft. Nishimura Arai


Je poursuivais mon ouvrage malgré ma petite plaisanterie. Ce n'était pas parce que la bonne ambiance était au rendez-vous que je devais faire un travail de sagouin! Bien au contraire, j'étais toujours autant concentré sur mon ouvrage, le tatouage était une chose sérieuse. Je n'avais pas le droit à l'erreur, il en allait de la réputation de notre salon mais aussi de ma responsabilité. Mon père, aussi râleur soit-il, avait fait son boulot. Grâce à son apprentissage, j'étais devenu aussi perfectionniste que lui concernant notre art ce qui devait être d'ailleurs ma qualité principale.

L'inspecteur renchérissait ce qui me fit un instant lâcher sa peau pour rire. Hors de question de dépasser!"Tu es bête Tonton ~ " Répondais-je gaiement avant de reprendre pour enfin terminer mon ouvrage. Une fois les retouches faites, je levais le pied de la pédale de marche pour poser ma machine. Dans un premier temps, je le nettoyais, posant la crème cicatrisante puis le traditionnel morceau de cellophane. Une fois scotché sur la peau de l'homme je m'autorisais à lever la tête vers lui, pour lui offrir une moue exagérément triste pour appuyer ses dires."Méchant Tonton!" Commentais-je en lui offrant une pichenette des plus délicate sur ses retouches. Il ne fallait pas lui faire de mal, pas sous cette couverture de gamin insolent. La plaisanterie passée, je me tournais vers mon plan de travail pour le nettoyer, démontant la machine pour y jeter les aiguilles pour enfin la remonter à l'aide de mes doigts experts. C'était un fait, on avait l'impression que j'avais fait cela toute ma vie. "Plus sérieusement..." Reprenais-je. "Est-ce que c'est normal à mon âge de ne pas avoir encore été attiré par au moins une personne, Tonton?" J'espérais toucher cet homme sous cet air de confiance. Cette fois-ci, je ne lui mentais pas et ma question était des plus sérieuse. En revanche, cela ne me travaillait pas plus que cela. Mes hormones n'étaient pas en ébullition et la seule chose que je trouvais excitant était l'interdit que mon père m'imposait. Cependant, si cela ne m'était pas interdit, est-ce que je trouverai de la satisfaction lorsque je perdais pied? Je me pinçais les lèvres à cette idée. Parfois, j'avais l'impression d'être un enfant, un enfant qui avait besoin de ses repères.

 
Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
DC : Abe Cléo ♥
Messages : 388
Points : 446
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Commentaires :
jiro - Shinichi ~ Rei ~ Yoona ~ Event
(vava ; truc.)
Sam 26 Mai - 22:07
Le morceau de cellophane encadrant son énième tatouage, Arai ne peut s'empêcher de se perdre quelques secondes dans le vague. Il ne fait que ressasser encore et encore ce mauvais souvenir de sa vie, ce première moment où sa femme a déposé les papiers du divorce sur la table et qu'elle n'est jamais revenue suite à cela. Ces sensations n'ont sans doute peut-être pas été les pires, si on peut parler de la sorte sans attirer les foudres. L'instant où Arai s'est véritablement senti défaillir c'est quand la police a frappé à sa porte pour lui annoncer qu'à peine quelques morceaux du cadavre de la demoiselle ont été retrouvés. L'effroi a tapissé son regard avant qu'il ne claque la porte et détruise tout ce qui lui est tombé sous la main. Suite à cela, il est resté cloîtré dans ce même appartement dans lequel tous les souvenirs ont été vécus. ça a été la descente aux Enfers pendant de longues semaines avant qu'il ne se mette à faire des recherches et à comprendre ce qui s'est passé. Les goules n'existent pas que dans les films de science-fiction.
La Colombe revient à elle dès que son interlocuteur touche son tatouage. Il reporte son attention à Jiro après avoir remis son tee-shirt, abandonné à côté quelques minutes au préalable. Il en est un peu étonné, n'ayant jamais vraiment abordé le sujet avec lui jusqu'à présent. Cela lui fait un peu étrange aussi, étant donné leur différence d'âge. Comment considérer Jiro ? Comme un petit frère qui recherche des conseils ?Arai se redresse pour laisser ses reins s'appuyer contre le fauteuil sur lequel il vient d'être installé pour les retouches.

« Je ne sais pas trop, répond-t-il, je pense surtout que si tu n'as pas encore vraiment été attiré par quelqu'un c'est sûrement parce que ce ne sont pas les bonnes personnes. Tu le sauras quand ce sera la bonne personne, tu le ressentiras et, tu verras, c'est une sensation... étonnante. »

Il lui adresse un léger sourire, finalement plus touché qu'il ne le dira jamais par ce jeune tatoueur en herbes. Il est vrai que les questions d'ordre affectives ne sont pas leurs sujets de prédilection. Arai ne se trouve pas très doué pour rassurer les gens depuis son histoire. La vengeance qu'il nourrit prend beaucoup de place dans son âme pour laisser de la place au reste.

« Ne t'en fais pas, Jiro, ajoute-t-il. Tu trouveras quelqu'un de bon pour toi, tu es un garçon très agréable. »

Sa main vient décoiffer sa chevelure pour l'embêter comme lui l'a fait un instant auparavant. Oui, Jiro est vraiment un garçon très agréable. Qu'en sera-t-il quand son identité finira par être révélé aux yeux de l'agent du CCG ?


I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Mar 29 Mai - 23:13
You make me feel sweet
ft. Nishimura Arai


Nous entamions un sujet que nous n'avions jamais abordé auparavant. Monsieur Nishimura et moi-même avions eu que des discussions triviales qui renforçait l'image que je me donnait: celle d'un enfant d'artiste souhaitant marcher dans les pas de son père. L'aspect amical que je montrais aux humains n'était là que pour les tromper, faire tomber les barrières entre nous et surtout lorsqu'il s'agissait de colombes. Je venais donc de lancer un sujet qui pouvait nous rapprocher, ou du moins, donner l'illusion à ce soit disant oncle que nous étions proches. L'aspect enfantin que je lui avais présenté dès le début de notre relation tendait elle aussi à évoluer. Je me tournais vers lui, le laissant me décoiffer alors que j'hochais la tête, le sourire malicieux. "Qu'est-ce que tu veux dire par sensation étonnante, Tonton?" Renchérissais-je. J'avais besoin de montrer que je m'intéresser à ce sujet. Le point que je venais de soulever me fit réellement me questionner sur le sujet. Au son de sa voix, cela semblait être quelque chose d'indescriptible. "C'est comme quand tu manges un bon repas?" Demandais-je candidement. Pour moi, il n'y avait rien de plus jouissif qu'un cerveau encore chaud, le cerveau étant la partie que je préférais chez les humains. Bien que cela était visqueux, cet organe était la partie la plus moelleuse, la plus douce, ce dernier fondant sur mon palais. Rien que d'y penser, je m'en léchais les babines d'avance.

Hélas, je ne devais pas me laisser aller à la rêverie d'un repas que je n'aurais peut être pas avant un moment, si ce n'est jamais. Me concentrant à nouveau sur l'instant présent, je regardais avec attention l'inspecteur, lui adressant un léger sourire. "Toi Tonton, tu as déjà trouvé quelqu'un comme ça?" Mon sourire s'élargissait. Il était un adulte après tout, il devait déjà avoir une femme et qui sait, peut être même des enfants? "Tu es papa? Tu as une femme et des enfants? On ne les a jamais vu ici!" Tout à coup, j'étais curieux, je voulais savoir ce qu'il en était de sa vie, si un jour, s'il venait à disparaître, manquerait-il à quelqu'un? L'idée qu'il puisse être un père me plaisait guère. Et si un jour nous nous retrouvions l'un en face de l'autre mais en temps qu'ennemi, aurais-je le courage d'arracher un père à ses enfants? Je fronçais les sourcils, l'air grave. Ce n'était pas dans mes habitudes de montrer cet air préoccupé à des humains.
 
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» we are who we are when we’re with the people that make us feel the most alive |Kyra|
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Everything that kills me make me feel alive • Jody
» Vasily-Petru~~I'm not going to make you feel better
» you make me feel worse ► velcan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Tôkyô city :: Shinjuku-
Sauter vers: