Wolf in a sheep's clothing ||Nishimura Arai

 :: Tôkyô city :: Shibuya Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Toga Shinichi
Classe S
avatar
DC : Umehara Hikaru
Messages : 177
Points : 287
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Mar 8 Mai - 15:43






WOLF IN A SHEEP’S CLOTHING
Arai x Shinichi





Sa main se perdait dans ses longs cheveux roses, lissant soigneusement des mèches d’un air songeur. Tenant de son autre une cigarette qu’il portait négligemment à sa bouche, aujourd’hui teintée d’un rouge sombre, il en tirait mollement quelques lattes. Ses yeux se perdaient dans le vague, regardant le ciel gris qui pesait sur la capitale nippone comme un couvercle d’anthracite, brumeux. Il pleuvait. En cette fin d’après midi, après la lourde chaleur, l’odeur de la pluie sur le béton humide emplissait les ruelles. Shinichi se sentait presque nostalgique. Abrité sous l’appentis d’un petit commerce, il fumait en rêvassant. Les affaires l’avaient amené à se rendre dans ce coin reculé de Tokyo qui, sans la moindre exagération, laissait à désirer.  Ça lui rappelait son ancien quartier, d’une certaine façon. Les façades décrépies, les allées un peu tordues, certainement à cause des séismes à répétition, les panneaux de signalisation arrachés, vandalisés parfois... C’était précisément dans ce genre d’endroits qu’il avait vécu. Grandi. A l’unique différence que, à la place des graffitis et tags variés, c’était bien le sang, noir et toujours frais, qui couvrait les murs. En fermant ses paupières fardées, quelques instants seulement, il entendait encore les cris. Il ressentait encore l’horreur, la peur, faire frémir à l’unisson toutes les cellules de son corps. C’était...inexplicable. Particulier. Et dérangeant à souhait. L’esquisse d’un rictus tordit une seconde seulement ses lèvres maquillées. Joyeux souvenirs ! Il avait toujours eu un faible pour l’anarchie, cela se confirmait avec l’âge.

Perdu dans ses pensées, ce fut son odorat qui l’en tira. La pluie semblait atténuer les effluves, mais il avait cru sentir la présence d’une autre goule, non loin d’ici. Il haussa les épaules d’une façon presque nonchalante, expirant quelques volutes blanches. Ce n’était pas impossible. Ici, dans la capitale même, on trouvait des goules à la pelle. Tokyo semblait être un véritable nid pour ses semblables. C’était bien ce qu’on pouvait attendre de la ville la plus peuplée au monde. Humains et goules y grouillaient comme de véritables insectes. De misérables vers. Une bouffée de vanité le secoua. Et lui ? Il n’était pourtant pas une de ces vermines... Pire. Ou meilleur. Il resta encore quelques instants à observer la pluie qui tombait dans un silence pesant. Quand il aurait terminé sa cigarette, il partirait.

Un vacarme retentit dans une rue toute proche, lui faisant dresser l’oreille. L’odeur de la peur, ténue, montait dans l’air. Une moue étrange passa sur son visage d’albâtre. Il connaissait ces relents acides : l’odeur de la peur. Non loin d’ici se déroulait une traque, et la proie semblait terrorisée. Pauvre créature. Généralement, le menu fretin se faisait décimer en masse. C’est de cette manière qu’on traitait les loups délaissés par la meute. Shinichi jeta sa cigarette avant de l’écraser sous ses épaisses semelles noires. Cette affaire ne le concernait pas, il avait donc décidé de fermer les yeux, tranquillement. Que l’être maudisse sa propre faiblesse. Fredonnant un air populaire avec légèreté, il ouvrit son parapluie en quittant son abri. La nuit tombait à vue d’œil ; il se devait de retourner à son commerce avant l’ouverture. Néanmoins, au détour d’une ruelle, il tomba sur une personne dont le visage ne lui était pas inconnu. Il cligna des yeux en découvrant l’homme vêtu de blanc ; le jais de ses yeux et ses cheveux contrastait avec la pâleur de son visage austère. « Arai » ce nom s’échappa de ses lèvres sublimées, laissant un goût particulièrement satisfaisant sur le bout de sa langue. C’était ce même prénom qu’elle avait prononcé en rendant son dernier souffle, appelant un homme qui n’était jamais venu. C’était bien avec elle que Shinichi avait pris goût à la misère des autres. Et c’était avec lui qu’il découvrait les plaisirs de l’ironie tragique. La goule gardait une expression mystérieuse au visage, retenant le sourire carnassier qui venait chatouiller le coin de ses lèvres. Il observa la colombe avec attention. « Quelle coïncidence de vous croiser ici ! Mais vous êtes trempés de la tête aux pieds, vous devriez vous abriter... » Il esquissa un air soucieux, feint. Cela ne faisait aucun doute : il était ici pour la goule qu’il avait senti, quelques instants auparavant. « Vous êtes en mission ? » Il plaqua subitement une main aux ongles soigneusement laqués devant sa bouche. « Oh...se pourrait-il que la zone est en train d’être évacuée ? » Sans trop en sur-jouer, et tout en gardant son naturel désinvolte, il jeta un coup d’oeil derrière le membre du CCG, regardant s’il était accompagné.
S’il avait su que l’ennemi paradait juste sous son nez.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
DC : Abe Cléo/Ichijô Alma ♥
Messages : 589
Points : 680
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Commentaires :
Jiro - Shinichi - Chiaki - Sora
(vava ; truc.)
Ven 11 Mai - 23:02

La traque est le sentiment qui lui permet encore de revivre. Ou de vivre, tout simplement. Depuis ces derniers longs mois passés dans la souffrance et la torture permanente, Arai a trouvé de quoi se distraire et répondre à ses pulsions. Finalement, et il le sait, il est sans doute bien moins humain que toutes ces goules qui hantent les rues de la ville qui ne dort jamais. Tôkyô est devenue la ville poubelle où tous les rebus de la société se côtoient et partagent (presque) le même trottoir. Pour l'agent du Centre de Contrôle des Goules, c'est une situation qu'il est en devoir de gérer d'une main de fer. C'est pour cela qu'en ce jour pluvieux, malette en main, il est à la poursuite d'une bête de catégorie B. En soit, elle n'est pas d'une menace extrême, mais les écarts commencent de cette manière avant de finir en catastrophe. Arai a perdu quelqu'un de très important à ses yeux dans la bataille, il doit la venger à tout prix.
Ses longues jambes se déplient, foncent dans la direction que vient d'emprunter un instant auparavant l'être inhumain qu'il poursuit. Pour lui, ces choses ne méritent même pas de vivre. Ils sont un maillon faible de la chaîne alimentaire voulant surpasser tous les autres par ce foutu cannibalisme. Ils ne sont pas humains, c'est certain ; quel être humain serait capable de dévorer son semblable ? Un monstre. Et c'est ce qu'ils sont, aux yeux de l'Inspecteur et de tous les autres agents. Ses pupilles se fondent dans l'obscurité, ses pas demeurent ancrés au sol malgré la pluie qui tombe à verse sur son vêtement blanc jusqu'alors immaculé. Les Colombes protègent la population lambda, tâchant de n'éveiller aucun soupçon. Elles apparaissent pour faire leur travail et disparaissent tout aussi tôt.
Encore sur la droite, puis la ruelle d'en face. Tous les sens de l'Inspecteur en Chef sont en alerte. Il a passé plusieurs semaines à entraîner son corps, à lui permettre de porter son quinque, d'être efficace et utile au sein de l'organisme qui a bien voulu le recruter. Arai est rapidement monté en grade, se révélant être un excellent élément. Après tout, il n'a plus grand-chose à mettre en jeu hormis sa propre vie ; et tant que sa vengeance n'est pas terminée, il ne compte pas se laisser en pâture à ces affreuses bestioles. De toute façon, le jour où sa vengeance prendra fin sera le jour où les goules auront complètement disparu de la surface de la Terre. Elles n'ont aucun droit en-dehors de celui de se taire, de subir et de mourir rapidement.
Arai finit par pénétrer dans la ruelle à son tour, ses yeux sombres ne cessant pas de fouiller les alentours. Il sait que son ennemi vient de passer par-là. Il le sent, tout près. C'est un sentiment qui le fait frissonner d'effroi et de plaisir. La fin est proche, pense-t-il en claquant des talons dans les flaques d'eau qui s'étalent sous ses pieds. Ses cheveux lui collent au visage, mais qu'importe. Le Diable incarné ne peut pas avoir peur de son reflet, n'est-ce pas ? Mais la petite goule n'est pas seule dans l'espace.

« Shinichi, lâche l'agent en se tournant vers l'homme au parapluie, qu'est-ce que tu fais ici ? »

En parlant du Diable, ce n'est pas peu dire de le personnifier par cette silhouette extravagante qui se pavane sous son nez.

« Je te remercie de te soucier de mon bien-être, ironise-t-il, mais je pense que tu ferais mieux de ne pas traîner dans les parages. Je m'en voudrais cruellement de te blesser par mégarde. »

Son regard vient se planter dans celui de son interlocuteur, loin de vouloir baisser les pupilles en premier. Shinichi est un être particulier, peut-être envoûtant, mais la plupart du temps répugnant en ce qui concerne Arai. Cependant, il a un petit quelque chose d'intéressant qui fait qu'il puisse être utile à l'homme en blanc.

« Rentre chez toi, reprend Arai, la pluie risque de défaire ton maquillage. »

Oui, la pluie risque de défaire ton masque, Shinichi, ne serait-ce vraiment pas dommage ? Arai a déjà bien assez de la traque de cette maudite goule qui ne tient pas en place pour avoir à s'occuper d'un homme aussi intelligent que toi.


I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Toga Shinichi
Classe S
avatar
DC : Umehara Hikaru
Messages : 177
Points : 287
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Mar 5 Juin - 19:44






WOLF IN A SHEEP’S CLOTHING
Arai x Shinichi





Un sourire aigre tordit ses lèvres alors que l’homme lui répondait. Les mots étaient cinglants, comme toujours. Un véritable plaisir. Il fit tourner le manche de son parapluie entre ses doigts fins, amusé. Oui, Arai n’avait pas changé depuis leur première rencontre. Cette attitude méprisante, spontanée, était un véritable mystère aux yeux de la goule. Faisait-il preuve d’un quelconque instinct, ce fameux « sixième sens » ? C’était quelque chose qui s’y approchait. Comment pouvait-il oublier la façon dont il avait croisé son chemin ? Quelque part, Shinichi associait cela à un coup du destin.





« Il faisait relativement doux pour un mois de novembre. Il s’était attardé dans les avenues fréquentées de Shinjuku pour flairer une éventuelle victime. La douceur du temps avait parfois le don d’attendrir le corps des jeunes femmes, mais aussi la chair de leur flanc. Il en salivait d’avance. Perdu dans ses pensées, il avait bousculé un homme, une silhouette noire et silencieuse. Le choc lui avait fait perdre son portefeuilles ; Shinichi l’avait pris, sans grande conviction. Une photo dépassant de le bordure en cuir avait arrêté son geste, alors qu’il s’apprêtait à le jeter. En s’emparant de la photo, c’est là qu’il avait vu. Qu’il avait réalisé. Et qu’il s’était dit, ironiquement, que le Destin faisait bien les choses. Il avait fait volte face pour rattraper l’homme. « Vous avez fait tomber ça. C’est votre femme, qui est sur la photo ? » Son expression de douleur l’avait fait rire sous cape. « Elle est vraiment très jolie » Et, plus encore, elle était délicieuse. Il n’avait pas même regardé son nom : il le connaissait déjà. Il était le mari de l’un de ses plus formidables festins. Et il s’appelait Arai. »




Ce souvenir lui donna presque envie de rire, mais il se retient. L’agent ne semblait pas partager sa bonne humeur et, bizarrement, il doutait que son rire ne lui soit communicatif. Arai paraissait être le genre de personnes qui ne souriaient pas. Ou peu. Son extrême opposé. Shinichi souriait en permanence, maintenant son masque rieur.  « Toujours aussi aimable, à ce que je vois .. » constata-t-il sur un ton léger, comme s’il se parlait à lui-même. Il fit quelques pas en direction de la colombe, évitant les flaques qui commençaient à se former sur le sol irrégulier. « Pour la même raison que vous : le travail » Il haussa les épaules d’un air entendu. « J’avais des affaires à régler » termina-t-il simplement. Son interlocuteur n’était tout de même pas de la police, il n’avait aucun compte à lui rendre. Peut-être ne voulait-il même pas savoir. La goule était incapable de savoir ce que pouvait bien penser l’homme à son égard –si ce n’était qu’il ne le portait pas dans son coeur.

Il le regarda par dessous son parapluie. Arai, le blesser ? « Voyons...je sais bien que vous n’êtes pas aussi maladroit. Vous ne me blesserez pas avec ça » Il parlait d’une voix rieuse. Pourtant, un double sens coulait dans ses phrases. Il était sérieux. Son interlocuteur ne le blesserait pas. Car, après tout, il était loin d’être un simple excentrique. Bien loin de ça, oui. Plus qu’un humain, rien de moins qu’un loup. Mais aux yeux de l’homme en blanc, Shinichi savait qu’il ne serait rien de plus qu’un tueur. Il se demandait bien quand le masque viendrait à tomber. Il porta une main à son visage poudré, recevant la pique sans broncher. « Ne vous en faîtes pas, je suis bien protégé là dessus » Son regard espiègle fut le premier à rompre le contact visuel. Mieux valait ne pas trop le chercher pour le moment.

Shinichi haussa discrètement un sourcil. La présence de la goule qui s’était enfuie semblait revenir vers eux... Elle n’allait tout de même pas revenir dans la ruelle, si ? Quelle créature suicidaire... Il se demandait bien la situation à adopter, si ce menu fretin venait se flanquer dans ses pattes. En aucun cas, il ne comptait lui venir en aide. Il était clair qu’il ne fallait pas trop tarder. L’homme arriva au niveau de son interlocuteur, coula un regard vers lui. « Vous n’avez pas pris le risque de venir seul ici, n’est-ce pas ? » demanda-t-il, presque mesquin. La proie allait certainement refaire apparition, profitant de la diversion que Shinichi pouvait faire. Il espérait pour lui qu’un acolyte serait là pour l’aider.









I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
DC : Abe Cléo/Ichijô Alma ♥
Messages : 589
Points : 680
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Commentaires :
Jiro - Shinichi - Chiaki - Sora
(vava ; truc.)
Sam 14 Juil - 19:02
Il le voit, son sourire qui s'étend sur son visage peint de multiples couleurs. Il les voit, ces yeux sombres qui se moquent de lui ; mais il n'a pas vraiment de raison de s'en prendre à lui, là, à cet instant. Shinichi demeure un être putride, inhumain et affreusement laid dans sa conception du monde, mais Arai n'est pas venu pour lui. Pas cette fois-ci, puisqu'il serait presque utile à la capture de la goule de rang B que l'inspecteur poursuit.

« Toujours aussi ironique, à ce que je vois », répond la Colombe au tac-au-tac.

Globalement, non, Arai ne le porte pas dans son coeur. Cet homme est indescriptible et sa prestance énerve avec force le plus âgé. Sa malette noire bien serrée dans sa main droite, il hésite à l'ouvrir en écoutant les pas de l'autre goule vicieuse. Est-elle en train de profiter de la conversation des deux hommes pour s'enfuir plus loin encore ? Est-ce que Shinichi la protège de cette manière ? Les choses ne risquent pas de tourner en la faveur de l'inspecteur si elles continuent ainsi. Arai laisse un grognement s'échapper d'entre ses lèvres.

« Je ne te blesserais pas, je te tuerais avec cette arme, lâche-t-il sans prendre de pincettes (à quoi auraient-elles servies). Connais-tu cette goule idiote qui me fait perdre mon temps ? »

Puisqu'il se tient là, sous la pluie face à lui, autant qu'il lui serve à quelque chose. D'ailleurs, il le voit bouger, s'avancer vers lui pour lui demander s'il était venu seul dans cet endroit de débauche. En même temps, des pas semblent revenir en arrière, comme peut-être un peu trop sûrs d'eux. Arai ne prend pas le temps de répondre à Shinichi et ouvre sa malette pour en laisser ressortir son quinque. Son arme s'élance très vite, se déployant à l'image d'une immense sabre robuste et tranche le manche du parapluie de Shinichi en guise de réponse. Arai se jette ensuite aux trousses de la goule plus faible, l'amenant à se terrer contre une benne à ordures encore pleine. L'ennemi a bien sûr déplié son kagune, attaquant puis répliquant contre le sabre de la Colombe.
Le combat prend moins de cinq minutes. Arai a compris la faille de son adversaire et n'est pas long à pourfendre son armure pour planter son arme dans la poitrine de la goule. Il la met totalement hors d'état de nuire en séparant sa tête de son tronc d'un coup tranchant. Dégoûtant de ce sang inhumain, l'inspecteur essuie son quinque sur les vêtements humides de ce corps sans vie avant de le ranger dans sa malette noire. L'affaire est réglée... mais il sent le regard insistant de Shinichi dans son dos. Ses poings se serrent et sa rage refait surface pour plaquer l'homme contre le mur.

« Je ne sais pas qui tu es, Toga, mais je te fais la promesse de te tuer de mes mains ! »

Ses yeux sont ceux dans lesquels brille une vengeance de plusieurs années sans même savoir qu'il se trouve en face de celui qui est à l'origine de la fin de son humanité. Shinichi lui a tout pris, tout arraché sans bien sûr se poser des questions. Un simple coup de mâchoire et tout a du être terminé... Mais Arai l'ignore encore. C'est l'adrénaline qui parle pour l'instant. Et sa rancœur pour une bête de cette espèce si antipathique.

Spoiler:
 


I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» You should never trust a wolf in sheep's clothing ♠ Dorian
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Tôkyô city :: Shibuya-
Sauter vers: