(hiroyuki) say hello again

 :: Let's play a game :: Les déchets Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Abe Cléo
Nourriture humaine
avatar
DC : Nishimura Arai ♥
Messages : 63
Points : 0
Localisation : Dans les rues de la ville
Emploi/Etudes : Gérant du Abe Center's Call
Commentaires :
Sam 12 Mai - 21:58


Kurokawa Hiroyuki feat. Nakahara Masao






Say hello again

Cinq ans. Cinq ans sont passés depuis la dernière fois que Masao a mis les pieds dans cette ville aux couleurs bien assombries. Débarquant de l'aéroport, c'est la pluie qui l'a accueilli à bras ouverts avant qui que ce soit d'autre. Avec un soupir, il a pris la direction de sa boutique pour y déposer toutes ses trouvailles, toutes ses magnifiques affaires. Son tour du monde lui a valu de belles rencontres, étonnantes parfois, et qui lui ont permis d'avoir de nouvelles pratiques dans la construction des masques pour ses semblables. Pour lui, c'est une véritable passion qu'il ne peut pas cesser d'abreuvoir jour et nuit. Cela lui fait même oublier la faim de temps en temps ! Ses pupilles se lèvent vers le ciel qu'il aperçoit à travers la vitre du taxi qu'il a hélé. Le temps semble se calmer, petit à petit. Sa main vient soutenir son visage le reste du trajet, répondant par de brèves syllables au chauffeur qui se fait plutôt bavard et trop curieux à son goût. Heureusement que son déjeuné ne remonte pas à loin.
Une vingtaine de minutes plus tard, Masao paye l'homme qu'il voit ensuite disparaître à l'horizon. Quel travail ingrat, pense-t-il. Les clients ne sont pas aussi fidèles qu'à ses créations. Quel plaisir peut bien prendre cet homme à conduire durant des heures cette vieille voiture ? Il hausse les épaules avant d'insérer la clef dans son atelier, respirant l'air poussiéreux qui lui vient tout de suite au nez. Hiroyuki n'a-t-il donc pas eu l'intelligence d'ouvrir les fenêtres de temps à autre ? Non, bien sûr que non. Masao grogne, imaginant la goule frivole vagabonder dans les rues plutôt que se poser et s'occuper des affaires de celui qui lui a tout offert. Celui-ci se contente donc de juste déposer ses valises avant de repartir, voyant bien qu'il allait devoir manifester sa présence à son cadet.
Saisissant son paquet de cigarettes, il en tire une pour la coincer entre ses lèvres. Son regard sombre sonde les ruelles qui lui font face sans ressentir la présence qu'il désire. Hiroyuki doit être en train de se pavaner un peu plus loin. Il allume sa barrette de nicotine pour la fumer durant plusieurs minutes avant de quitter la rue pour s'engager dans les autres, plus sombres, de la ville qui ne dort jamais. Tôkyô a bien changé depuis cinq ans, songe-t-il. Il lui semble que les humains sortent bien plus tard, ignorant le danger qui rode à chaque coin de rue. L'air est plus lourd également, chargé d'une particule mortelle. Et le ciel paraît s'être affaissé, inondé de tâches grotesques. Cependant, malgré son odorat plus développé que les humains, Masao ne perçoit que très peu de goules au cours de son ascension. Le CCG a encore du faire des ravages chez les rangs inférieurs... Voilà ce que cela signifie, de quitter son pays.
Finalement, après une petite dizaine de minutes à arpenter les endroits où il est susceptible de retrouver sa cible, Masao se stoppe devant un spectacle qui le fait ricaner en son for intérieur. Il est là, sous ses yeux, à manger si salement. Ce n'est pas une manière de faire et il ne manque pas de le lui faire remarquer pour annoncer sa présence.

« Je ne crois pas t'avoir appris à manger de cette façon... Hiroyuki. »

Sa voix rauque résonne dans les deux murs étroits entre lesquels la goule ailée se repaît de l'humain abattu. Même s'il ne pleut plus, il reste des flaques d'eau à l'intérieur desquelles le sang de la victime se mélange, brouillant la pureté première. Non, vraiment, ce n'est pas un spectacle des plus appréciables. Avec quelles personnes Hiroyuki a-t-il été traîner pour ne plus savoir se tenir ? Masao en est presque déçu.
codage par LaxBilly

avatar
DC : Ohno Takaaki/Kelley Ai
Messages : 143
Points : 23
Emploi/Etudes : photographe
Dim 13 Mai - 22:28
Stop swaying when the moon is shaking thou
Il s'ennuyait. Il avait zappé les chaînes de la télévision plusieurs fois avant de conclure qu'il ne trouverait satisfaction qu'à l'extérieur. Il n'aimait pas rester enfermé alors il était le plus souvent à l'extérieur. Il allait ci ou là quand il n'était pas occupé à jouer les guitaristes dans son groupe. Celui-ci lui prenait du temps et ils avaient voyagé dans tout le pays nippon plusieurs fois lorsqu'une tournée était organisé. Que n'avait-il aimé ces moments, passé à penser à autre chose qu'au retour de Masao... Toujours absent à son retour dans la capitale.
Parfois, il avait pété des câbles. Il n'avait pas compris pourquoi il ne rentrait toujours pas et il le faisait comprendre à qui bon voulait l'entendre qui se trouvait sur son passage. Cela ne lui était arrivé qu'au cours des trois premières années avant qu'il ne comprenne qu'il n'aurait qu'à renverser la situation à son avantage quand Masao rentrerait. Il savait qu'il ne l'avait pas abandonné mais cela y ressemblait. Qui laissait derrière soi son seul amour pour partir se retrouver en voyageant à travers le monde ? Ne le voyait-il que comme un fardeau ? Cela le mettait hors de lui.
Voilà pourquoi il avait pris l'habitude de sortir autant qu'il le pouvait. Il n'était pas riche mais marcher suffisait. Il rencontrait ensuite des ami(e)s et il se laissait entraîner dans leur débandade. Les journées étaient longues, l'attente insupportable mais on finissait par y trouver son compte. Il le fallait bien, n'est-ce pas ? Le CCG était de la partie de temps en temps et il s'en amusait. Il n'avait que ça à faire. Il savait qu'il avait intérêt à faire attention à ne pas se faire attraper mais on le sous-estimait. On l'avait toujours sous-estimé. Faites attention parce que même la plus petite bête mord.

« Hiroyuki. »

Mais la grosse bête mange la plus petite, c'est ça l'idée ?

Il était en train de manger quand il l'interpella. Était-ce une illusion ? Non. Il s'était redressé et le regardait, perplexe. Il était rentré. Oh que oui qu'il était rentré. Ne connaissait-il pas son numéro de téléphone portable par coeur ? Il aurait pu l'appeler pour le prévenir qu'il rentrerait. Non, ce n'était pas son genre, il n'avait jamais été comme ça. Monsieur préférait mettre la courtoisie de côté mais, en ce qui concernait certaines choses, il fallait savoir faire cela dans les bonnes manières. La bonne blague.
Un sourire enjôleur orna ses lèvres alors qu'il attrapa la tête de l'être humain meurtri pour la balancer sur son interlocuteur. Pour qui se prenait-il ? Son sourire s'envola tout comme la tête qui atterrit dans la poubelle quand Masao s'en débarrassa pour ne pas qu'elle tâche ses vêtements.

« Tu m'as manqué, Masao, sourit-il une nouvelle fois, Oh que oui, murmura-t-il, Beaucoup trop. »

Un peu trop. Il sortit son kagune et se jeta sur lui, même s'il savait que ce combat était vain. Il s'en prit des coups mais ce ne fut pas ça qui l'arrêta. Ce fut une accumulation. Il en avait assez.

« Pour qui est-ce que tu te prends ?! Tu m'abandonnes pendant cinq ans et tu reviens, comme ça, comme une fleur ?! Ce n'est pas comme ça que ça marche Masao ! Je m'en fiche de manger salement, non selon tes codes. Je suis un monstre comme tout le monde. »

Il ouvrit grand les bras pour lui montrer ses vêtements déchirés et recouverts de tâches de sang. Il était énervé. Il lui avait manqué mais il n'avait pas envie de le voir. Pas pour l'instant. Leurs retrouvailles n'auraient pas dû avoir lieu de la sorte alors cela n'avait plus de sens. Il rentra son kagune et grimpa au mur pour pouvoir passer de l'autre côté de la ruelle.
acidbrain



   
We clawed, we chained our hearts in vain, we jumped, never asking why. We kissed, I fell under your spell, a love no one could deny. Don't you ever say I just walked away, I will always want you. I can't live a lie, running for my life.
   
Abe Cléo
Nourriture humaine
avatar
DC : Nishimura Arai ♥
Messages : 63
Points : 0
Localisation : Dans les rues de la ville
Emploi/Etudes : Gérant du Abe Center's Call
Commentaires :
Dim 20 Mai - 18:21


Kurokawa Hiroyuki feat. Nakahara Masao






Say hello again

Il n'y a que de cette manière que cela fonctionne ; que cela a toujours fonctionné et fonctionnera toujours. C'est, en quelque sorte, leur manière à eux de se dire qu'ils se sont manqués, qu'ils se sont oubliés, qu'ils se sont haïs, qu'ils se sont aimés un peu plus fort à chaque jour qui les a séparé. La vérité est qu'ils sont incapables de tendresse sans violence au préalable. Mais ce n'est pas un problème, bien au contraire ! Masao a passé de longues heures assis dans les transports, alors Hiroyuki lui offre un moyen agréable de se dégourdir les jambes, de reprendre ce qui lui est dû depuis toujours. Il ne refuse donc pas ce combat, abandonnant cependant un soupir las à cette confrontation avec son cadet. Celui-ci est fort, mais loin de l'être autant que Masao avec son kagune blindé. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Hiroyuki cesse de l'assaillir, comprenant bien contre qui il a décidé de se battre.
Son aile de corbeau se rétracte tandis que ses mains retournent se loger dans les poches de son pantalon. Il observe avec attention son interlocuteur qui en profite, malgré son essoufflement, pour lui faire la morale et lui cracher qu'il l'a laissé à Tôkyô pendant cinq trop longues années à son goût. Oui, et alors ? Masao a eu besoin de partir de cette ville pour se renouveller, voir et dénicher autre chose pour la fabrication de ses masques. Comment ne peut-il pas comprendre cette raison ? D'autant plus que le plus âgé est persuadé que Hiroyuki aurait fait de même pour une cause qui lui tient à coeur. Mais bon, que dire de plus ? Masao n'a pas à se justifier, juste à agir et c'est ce qu'il fait aussitôt.
Attrapant son camarade grimpé au mur, il le fait redescendre de là pour lui voler un langoureux baiser avant de le jeter de l'autre côté de la ruelle.

« Moi aussi je suis ravi de te retrouver, tu m'as manqué. »

Il lui adresse son plus beau sourire, sincère malgré la pointe d'ironie perceptible dans le ton de sa voix. Oui, ces dernières années ont été longues sans toi à mes côtés, c'est bien pour cela que je suis revenu si vite.

« Alors, qu'as-tu profité de faire pendant mon absence ? T'es-tu amusé à manger les humains de cette si affreuse façon que tu viens de me montrer ? Tes connaissances sont bien mauvaises. »

Après tout, c'est le Corbeau qui lui a tout appris depuis qu'ils se sont rencontrés. Il l'a pris sous son aile, entraîné et éduqué pour qu'il soit une goule adaptable, qui n'ait rien à se reprocher. A l'évidence, ils ont besoin des êtres humains pour se nourrir, mais ce n'est pas une raison nécessaire pour prendre leur corps avec horreur. Il faut être un minimum raffiné afin d'en apprécier davantage les nutriments extraits. Masao fait partie de ces gens-là qui vivent leur vie sans ennuyer ou être ennuyé par les autres. Il n'aime pas forcément les confrontations (en-dehors de celles avec Hiroyuki) mais si on vient l'embêter, il peut se montrer redoutable.
Il finit par revenir vers son interlocuteur et lui tendre sa main pour l'entraîner à sa suite. Quoi de plus agréable que de marcher sous la lune ? Il n'y a réellement qu'à ce moment qu'ils peuvent vraiment sortir, eux, les goules.

« Raconte-moi ce que tu as fait, puis je te montrerais les trésors que j'ai ramené. »

Plus qu'une invitation, c'est un ordre qu'il lui impose, saisissant la cigarette que Hiroyuki vient de caler entre ses lèvres pour l'installer entre les siennes. Masao repense quelques secondes à ce baiser volé... C'est sans doute pour cette raison précise qu'il a écourté son périple. Ces lèvres si pleines, charnues et rouges qui ont encore le goût du sang lui font toujours autant tourner la tête.
codage par LaxBilly

avatar
DC : Ohno Takaaki/Kelley Ai
Messages : 143
Points : 23
Emploi/Etudes : photographe
Lun 4 Juin - 14:44
Stop swaying when the moon is shaking thou
L'amour. Quel beau concept. Pour procréer, homme et femme s'unissaient. L'évolution de l'être humain, du comportement avait donné naissance à l'amour. On finit par procréer après que deux êtres se soient unifiés par amour. Aah, l'évolution. On avait des sentiments et peu à peu, des sentiments étaient devenus contradictoires parce qu'on aimait une autre personne. Ou parce les avis divergeaient. Enfin, il y avait un tourbillon d'explications à cela. Y ajouter qu'un homme commença à aimer un homme et qu'une femme commença à aimer une femme. Là, ce fut l'apothéose.
Hiroyuki était une goule. On ne pouvait pas dire que sa vie soit facile de base mais il n'avait jamais eu de problèmes avec l'homosexualité. C'était plus le concept de l'amour qui l'avait dérangé pendant un temps. Bien évidemment, il était tombé fou amoureux de Masao quand ils s'étaient rencontrés. Cela s'était fait en un claquement de doigts ; Masao lui était apparu comme la seule et véritable personne pouvant se compléter à lui. C'était une évidence et cette évidence lui apparaissait comme pure et claire encore au jour d'aujourd'hui.
Ils ont passé les premières années de leur couple à s'aimer aveuglément. Ils se cherchaient, ils se trouvaient et ils s'amusaient. Ils prenaient du plaisir et ils en faisaient des souvenirs. Photos ! Pleins ! Ce furent probablement les meilleurs moments de toute sa vie jusqu'à ce que le doute prenne place. Qu'il se rende compte que cela lui prenait la tête autant que cela prenait la tête à Masao. Ils vivaient pourtant ensemble, ils travaillaient ensemble et chassaient une fois sur deux ensemble. Ils étaient un couple ; qu'est-ce qui n'allait plus ?

Bordel, qu'est-ce qu'ils avaient tous les deux ratés ?

Comme prévu, il n'avait pas atteint l'autre côté du mur. N'avait-il pas pris son temps pour qu'il vienne justement à son encontre ? Bien sûr qu'il comprenait pourquoi son amour était parti durant ces cinq longues années. Cela lui avait à lui aussi fait du bien mais il ne pouvait pas s'empêcher d'être en colère. N'y avait-il rien de plus normal ? Il voulut protester mais Masao l'embrassa comme il savait si bien le faire. Il avait longtemps rêvé de ce baiser... Qui lui apparaissait aujourd'hui amer.
Une invitation... Un ordre ? Il mordilla sa lèvre inférieure, rajusta ses vêtements. Il ne fallait pas qu'on voit le sang qui s'y trouvait malgré qu'on soit la nuit. Il n'attrapa pas sa main et lui emboîta le pas en restant silencieux.

« Tu me saoules, dit-il, Je n'ai rien à te raconter. »

Il avança plus vite pour se retrouver devant lui. Il ne mentait pas, il n'avait rien à lui raconter. Il avait revu son cousin récemment mais en quoi cela était-il important ? Sa vie était restée la même sans Masao mais plus longue, plus ennuyeuse. Il l'avait comblé comme il l'avait pu et au fond, c'était la musique qui l'avait sauvé. D'ailleurs, ils passèrent devant un magasin de cds où dans la vitrine trônait dans un coin un poster de son groupe. Il s'arrêta devant et le pointa du doigt.

« Voilà ce que j'ai fait, Masao, ancra-t-il son regard au sien, Après tout, je m'en suis privé pour qu'on travaille ensemble pour survivre en collectant des informations. J'ai pris mon pied avec une guitare pendant ces cinq années. Que dire d'autre ? »

Oui, que dire ? Ah, si. Voilà pourquoi il était en colère.

« Masao, tu n'étais pas là, souffla-t-il, Tu n'étais pas là pour nos dix ans ! Je sais, je comprends pourquoi tu es parti mais notre couple a-t-il au moins de l'importance à tes yeux ?! Moi, je me disais que tu allais venir, je t'ai attendu, j'avais trouvé un cadeau et rien. Le néant. Ma vie n'est-elle faite que de ça ? »

Il avait encore lever les bras, puis les avait rabattus avec force le long de ses bras. Dix ans, ce n'était pas rien. D'autant plus qu'ils s'aimaient, ils n'avaient jamais cessé de s'aimer. Ils avaient eu des hauts, des bas, énormément de bas mais ils étaient encore en vie. Ils avaient su surmonter tous les obstacles. Ils étaient arrivés aussi loin pour ne pas passer leur dixième anniversaire ensemble ? Voilà d'où provenait sa colère.
acidbrain



   
We clawed, we chained our hearts in vain, we jumped, never asking why. We kissed, I fell under your spell, a love no one could deny. Don't you ever say I just walked away, I will always want you. I can't live a lie, running for my life.
   
Abe Cléo
Nourriture humaine
avatar
DC : Nishimura Arai ♥
Messages : 63
Points : 0
Localisation : Dans les rues de la ville
Emploi/Etudes : Gérant du Abe Center's Call
Commentaires :
Dim 24 Juin - 20:47


Kurokawa Hiroyuki feat. Nakahara Masao






Say hello again

Toujours aussi sanguin, ne peut pas s'empêcher de penser Masao. Mais après tout, c'est aussi pour cette part de son caractère que le Corbeau a choisi Hiroyuki. Loin d'être facile à vivre, Masao a du se relever les manches pour que le plus jeune réussisse à marcher dans ses pas et à comprendre toutes les leçons qu'il a tâché de lui enseigner. Mais apparemment, aujourd'hui, pour leurs retrouvailles, Hiroyuki n'a clairement pas envie de lui prouver qu'il a bien été éduqué par ses soins. Non, ce soir, c'est le Diable lui-même qui tambourrine aux portes du coeur de Hiroyuki et que va devoir affronter Masao. Au début, il n'a pas très envie de lui raconter quoi que ce soit, repoussant sa main et prenant les devants pour finalement se stopper quelques secondes devant une vitrine. La musique, évidemment.

« C'est bien, c'est très bien », murmure-t-il en saisissant une cigarette de son paquet qui dépasse de son pantalon.

Oui, vraiment, que dire d'autre ? Tout ce que comprend le plus âgé, c'est que dès qu'il a le dos tourné, son cadet en profite pour faire ce qu'il désire, délaissant les tâches plus compliquées. A la vérité, il n'a rien contre la musique, ni les idées de grandeur de Hiroyuki, c'est plutôt son côté ignorant qui le fatigue. Il a passé l'âge de s'amuser, il doit prendre ses responsabilités et assumer ses erreurs. Néanmoins, Masao ne reprend pas tout de suite la parole puisque l'on s'en charge pour lui. Ah ! leurs dix ans...
Il tire une latte de sa barrette de nicotine.

« Tu connais ma réponse, et si ce sont des excuses que tu attends, je suis navré de ne pas t'en présenter, dit-il. J'aurais pu passer davantage de temps à l'étranger, pour apprendre et découvrir tout ce dont j'ai besoin, mais si je suis revenu, Hiroyuki, c'est pour toi. »

Cependant, malgré ses beaux propos, il n'est pas idiot et se doute bien que cela ne suffira jamais à Hiroyuki. Il risque de s'énerver encore plus et de se faire blesser une fois supplémentaire. Masao n'a pas envie de sortir son kagune, va-t-il l'y forcer encore ?
Ce voyage lui a permis de relativiser, de voir les choses d'un oeil neuf. Il a rencontré différentes populations, divers savoirs lui ont été transmis et il en a été grandi. Pour lui, il y a toujours plus à apprendre, et surtout des autres. Il connaissait toutes les techniques japonaises, les tissus et les idées époustouflantes, il a eu ce besoin de quitter sa terre natale, de se mettre en difficulté pour ramener de la beauté. Néanmoins, au cours de ce périple, sa solitude lui a pesé bien plus qu'il ne l'aurait jamais imaginé. Ici, à Tôkyô, Hiroyuki est toujours derrière lui, il est un peu son ombre, son ange-gardien, son âme complémentaire. Il sait lui parler, l'ennuyer, l'aimer, lui cet homme un peu rustre toujours tapi dans une cave pour construire les visages des nombreuses goules.

« J'ai ramené des souvenirs pour toi, daigne au moins t'intéresser à ce que je suis en train de te raconter. »

Ses pupilles s'illuminent en rouge pour se planter dans celles de son partenaire. Un souvenir pour chaque année passée éloigné de lui. Un souvenir non pas pour se rattraper de ces longs mois sans nouvelles, mais pour démontrer ses sentiments. Les paroles ne sont pas sont forts, Masao est plus doué dans les gestes, dans les actions.
Mais Hiroyuki n'a pas l'air de lui prêter plus d'attention. Le plus âgé écrase sa cigarette avant de plaquer très vite son interlocuteur contre cette même vitrine où trône l'affiche de son groupe de musique. Les mains de Masao ne tremblent pas, ses yeux sont concentrés sur le visage de son interlocuteur.

« Et c'est ainsi que je te trouve ? Avachi dans une ruelle sombre à avaler un homme horrible, en tête d'affiche dans une vulgaire vitrine ? C'est de cette manière que tu as envie de continuer ta vie ? Je ne pense pas t'avoir dit de la vivre ainsi, de t'avoir sauvé pour que tu deviennes une goule d'aussi bas rang. Tu me déçois Hiroyuki. »
codage par LaxBilly

Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» News Import
» La team Yoma part en mission...Avec un intrus ! [Mission A / Pv : Kaguya Shizao ; Samui Hiroyuki]
» Intercepter ce fichu convoi [Mission rang A | Pv : Hiroyuki]
» HIROYUKI Yuichi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Let's play a game :: Les déchets-
Sauter vers: