Instinct reacts || Ikeda Jiro [Terminé]

 :: Tôkyô city :: Ikebukuro Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Toga Shinichi
Classe S
avatar
Messages : 169
Points : 274
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Ven 27 Avr - 0:08






INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Que la lune était belle ce soir ! Chose rarissime, Shinichi se sentait ivre de joie. Un léger rire, grave, monta de sa gorge pour s’échapper de ses lèvres. La douce chaleur qui s’élevait dans son corps, doublée d’une extrême satisfaction, le mettait de charmante humeur. Il n’y avait rien de mieux que cela. Qu’une patience finalement récompensée, une partie de chasse effrénée, un...ventre plein. Comme pris dans une danse macabre, il fit tournoyer le corps gracile qu’il tenait dans ses bras, scrutant d’un air presque attendri le regard mort de sa victime. Elle avait été si rayonnante ce soir ! Le sang, telle une rose ouvrant ses pétales, répandait une traînée écarlate sur sa robe d’un blanc immaculé. Il la revoyait encore tournoyer, faisant virevolter le léger tissus de son vêtement. La goule passa délicatement une main dans ses longs cheveux noirs, lissant quelques mèches avec une douceur extrême. Il n’y avait rien de meilleur que la chair tendre des femmes, leur parfum capiteux qui faisait délicieusement tourner la tête. Mais, plus que tout, il les trouvait plus désirables que jamais lorsqu’elles étaient si enjouées, et leur regard si amoureux...

Il plongea une nouvelle fois ses lèvres sur la peau molle de sa clavicule, déchirant, arrachant tout ce qui était à portée de dents. Il sentait le sang encore chaud s’écouler le long de son gossier en même temps qu’il avalait de grandes bouchées, compulsivement. Shinichi n’était pas un véritable gourmet. Il appréciait ce qu’il avait sous la main, en temps voulu. Peut-être n’était-il pas assez patient, pas assez passionné. Ou, peut-être, n’avait-il que trop bien connu la faim. L’enfer. L’homme ne se complaisait pas à chercher le plus doux de tous les mets. Néanmoins...faire languir les choses, doucement, n’était pas désagréable. Il procédait, parfois, de cette façon. Les femmes, en premier lieu, étaient attirées par l’aura mystérieuse qu’il dégageait, les sourires discrets qu’il offrait sous ses innombrables fards ou encore l’éclat intense des dizaines de bijoux qui ornaient son visage. Il aimait à penser qu’il était parfois telle une plante carnivore, captivant ses victimes avant de les dévorer. La gent féminine avait après tout le cœur aussi doux que la moelle. Il suffisait de quelques mots suaves, de quelques baisers ou caresses appuyées, de quelques regards...tout pouvait aller si vite. Et, s’il ne parvenait à les désirer sexuellement parlant, elles exerçaient sur lui une attraction toute particulière. Lorsqu’elles étaient les plus fébriles, les plus belles, transies, il succombait à ses envies. A son instinct. Cette dernière avait fait les frais de cette passion dévorante. Shinichi aimait particulièrement ce moment où il faisait tomber le masque, ou ses iris se noyaient dans un océan d’encre obsidienne sous les yeux de ces jeunes femmes. Leurs cris aigus avaient un je-ne-sais-quoi de jouissif, et leurs tentatives de fuite faisaient palpiter tout son être.
Ici commençait la chasse.

Sa langue, ornée de piercings qui lui donnaient l’allure d’un véritable serpent, se perdait sur l’arrête ronde des os mis à nu. Leur blancheur, contrastant avec la chair à vif, sanguinolente, lui était plus érotique que jamais. Grisé par la succulence de son festin, Shinichi dévorait ce corps avec ardeur et passion. Dans des soupirs rauques, bestiaux, sa bouche courrait le long d’une épaule, descendait sur le bras pour finir sur une main délicates aux ongles vernies. Les phalanges craquaient délicieusement sous ses molaires, éclataient dans sa bouche pour charmer ses papilles. Manger était plus qu’un acte, banal, de nutrition. A ses yeux, il s’agissait du bonheur absolu, de l’extase la plus complète.

Pris dans sa transe, Shinichi ne fit même pas attention à la présence qui fit irruption dans l’étroite ruelle. Ce n’est qu’après quelques secondes qu’il la perçut, relevant ses yeux obscurs vers l’étranger. Un ravissement sans limite courrait encore sur son visage maculé de sang vermeil. Il n’était même pas énervé d’être dérangé durant son repas. D’un simple coup d’œil, il identifia l’inconnu comme étant une goule, jeune. L’odeur du sang l’avait-elle attirée ? Ce n’était pas impossible. Mais quelle imprudence de s’approcher lorsque quelqu’un était en train de se repaître ! Tout le monde n’était pas de si bonne humeur que lui après un tel massacre. Shinichi se sentait même magnanime. « Tu veux une bouchée, mon garçon ? » Il désigna le corps à la cage thoracique éventrée, amputée d’un bras. L’homme serra tendrement sa victime contre lui, frottant sa joue contre celle, cireuse, de la jeune femme. Ne pas partager un tel festin aurait été une injustice. « Je n’ai pas encore touché à la tête –les yeux sont un véritable régal !- si tu veux. Ou peut-être préférerais-tu le bras restant ? Même si ses membres sont maigres, je peux t’assurer que c’est un délice » Son regard félin le détaillait avec attention. Eh bien, ne désirait-il donc pas venir à sa table ? « Le sang est meilleur lorsqu’il est encore chaud, tu sais ~ ? » Shinichi laissait planer une note tentatrice dans sa voix. Etait-il tombé sur une de ces étranges créatures qui se refusaient de si merveilleux plaisirs ?










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Sam 28 Avr - 19:04








INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Ce fut l'estomac que j'avais au bord des lèvres qui me contraignit à sortir. Si seulement je n'avais pas été stupide, si j'avais su dire "non", je ne me serais jamais retrouvé dehors face à cette situation. Les yeux ronds, j'étais devenu le témoins d'une scène à laquelle je ne pensais jamais assister, pas temps que mon père serait en vie du moins. La bouche entre-ouverte, je regardais l'être face à moi. Ses yeux sombres me permettait de capter en un instant le scintillement de ses iris écarlates. Elles étaient magnifiques. Ses lèvres maculées du sang de ce qui était une jeune femme fut la seconde chose que je captais pour enfin dériver vers le cadavre. Ma langue franchit la barrière de mes lèvres les humidifiant, signe nerveux de mon appétit grandissant. Cependant, un goût désagréable surgissait, me forçant à porter mes mains à mes lèvres. Mon estomac était en colère, il grondait, me rappelait la bêtise que j'avais fait précédemment. La douleur était telle qu'elle me contraignit à me plier en deux. Allais-je le faire? Allais-je souiller le magnifique spectacle qui s'offrait à moi?
...
La nourriture que j'avais ingéré mélangée d'un liquide aux effluves d'une amertume qui pouvait être identifié comme de l'alcool pour humain passaient mes lèvres, venant s'échouer à mes pieds. Je l'avais fait, j'avais osé gâcher ce merveilleux spectacle. Les larmes montaient à mes yeux sous la douleur, ces derniers trahissant ma nature, la "bête" que j'étais. Drôle de bête! Comme si le loup pouvait vivre en harmonie avec des brebis cependant, je n'avais pas le choix. J'étais une de ses goules de l'Amaryllis et qui plus est, je devais obéir à mon père, me mélanger aux humains, ne pas leur faire de mal. Quelle hypocrisie!


Ce soir là, j'avais passé la soirée avec d'autres étudiants de ma promotion. Nous nous étions retrouvé dans un karaoké comme tout étudiants normaux. Ils avaient bu, commandé à manger, se répétant sous mon nez. Comme à mon habitude, je leur avais sorti la même excuse: "Je n'ai pas faim." Mensonge. "Je ne bois pas d'alcool." Mensonge. Mon traditionnel café autour de tous ces verres d'alcool, je faisais tâche, je me distinguais encore une fois autour de ces gens qui me ressemblaient physiquement et qui pourtant étaient tellement différents. L'entêtement des humains était tel que je fus forcé de les imiter, prenant volontairement dans ma bouche les instruments de mon mal-être. Ils étaient satisfaits et j'en étais malade. Si mon père m'avait vu à cet instant, aurait-il été fier? Aurait-il apprécié que je me mélange aussi bien à ces êtres qui nous servaient de repas?
Malade, j'étais sorti "prendre l'air". Mon excuse fut l'alcool ce qui me permis de gagner la tranquillité. Mais affaiblit et affamé, mes pas m'avaient guidés à quelques mètres du karaoké, derrière le bâtiment, caché dans une ruelle sombre où l'un des miens semblait passer une merveilleuse soirée.


J'étais pathétique, misérable. Ce dernier m'offrit de partager son repas mais la barrière que mon père m'imposait ne me permettait pas d'accepter. Allais-je subir une nouvelle fois une torture, différente de la précédente. Il fallait être masochiste pour aimer cette situation, en d'autre terme, je ne la trouvais pas amusante. J'avais faim, horriblement faim. Mes yeux se levaient vers mon congénère. Que penserait-il de l'être si misérable que j'étais à cet instant? Mes mains se posèrent sur mon ventre qui grondait. "Je... Ne peux..."




Toga Shinichi
Classe S
avatar
Messages : 169
Points : 274
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Mer 2 Mai - 1:08






INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Ses yeux baignés d’une velouteuse obscurité regardait avec une certaine langueur la frêle silhouette qui se tenait devant lui. Monté au septième ciel, Shinichi éprouvait quelques difficultés à descendre de cette extase. Un voile, léger, semblait tendu entre lui et la réalité. Détacher son attention de son amour d’un soir, sortir de cette délicieuse transe qui faisait vibrer jusqu’à la moindre parcelle de son corps !... Il se répugnait à quitter cette dimension parallèle...parfaite. Et pourtant. Voir un semblable le mettait dans une joie que lui même n’arrivait à saisir totalement. Mais soit. La goule vivait en fonction de ses instincts et de ses humeurs. Et ce soir, tout avait le don de les ravir. Avec un déchirement excessif, il se sépara du corps goulûment mutilé. Quelle merveille, pensait-il encore, alors qu’il caressait du bout des doigts le visage de la morte, dont les yeux devenus opaques renvoyaient l’éclat blafard de la lune. Il s’agissait bien là de son œuvre, signée d’une manière des plus subtiles. L’Ogre qui, pour une fois, ne masquait pas son visage austère, venait d’ajouter une nouvelle victime à son tableau de chasse. Le lendemain, sans l’ombre d’un doute, les bureaux du CCG  seraient parcourus d’un nouveau frisson en découvrant sa « merveille ».
Ses pensées divaguaient déjà.

La goule reporta son attention vers l’être inconnu qui venait de faire irruption dans la ruelle. Ce dernier, sans crier gare, venait subitement de se plier en deux, atteint par un mal mystérieux. Essuyant le sang qui maculait d’une façon barbare sa bouche et son menton, il le regardait avec une curiosité presque malsaine. C’était une réaction étrange. Cela paraissait si douloureux que c’en devenait fascinant. Néanmoins, un événement inattendu lui fit froncer les sourcils. Sentant des effluves pestilentielles atteindre agresser son odorat délicat, Shinichi finit subitement par réaliser ce dont il s’agissait réellement. De la nourriture pour humains. Ingérés par une goule. Incroyablement mais vrai. Malgré lui, l’homme à la chevelure rosée se mit à rire. Un rire franc et spontané duquel ne perçait aucune pointe de moquerie. Shinichi ne savait même pas réellement pourquoi il riait de la sorte. Il mit cependant un certain temps à se calmer. Il avait été tellement surpris par cette situation que son premier réflexe avait été de s’esclaffer. Pauvre créature !se disait-il avec un semblant d’empathie qui ne lui ressemblait pas. Il ne pouvait pas même imaginer le supplice que cela représentait. A ses yeux, il s’agissait même d’un blasphème. Connaître pareille souffrance était une hérésie. « Mon pauvre garçon » Il entendait son ventre hurler famine jusqu’ici. La goule se rapprocha du jeune homme pour s’accroupir devant lui, braquant ses yeux, cavités obscures, dans les siens. « Bien sûr que tu peux. Nous avons tous les droits » sa voix retentissait sournoisement contre les murs. Shinichi avait des faux airs de démon rêveur, incitant suavement au péché. « Tu n’as pas à souffrir de la sorte, tu le sais ? » continuait-il, s’autorisant à lisser quelques mèches de ses cheveux argentés, presque affectif. Ses lèvres, décorées d’innombrables piercings, s’étirèrent en un large sourire, carnassier. « Tu as faim. Et que tu le veuilles ou non, rien n’apaisera cette faim...sauf ça » Il pointait d’un doigt fuselé le cadavre qui gisait au sol, dans sa marre de sang vermeil. Il se décida finalement à se redresser, dominant la jeune goule de toute sa hauteur. Il se sentait pris d’un étrange sentiment d’orgueil en regardant la créature prostrée devant lui ; dans une pensée vaniteuse, il se surprit à trouver cela presque agréable. L’homme se décida à lui tendre une main secourable, le détaillant toujours d’une étrange façon, espiègle. « Quel est ton nom, mon garçon ? »










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Lun 7 Mai - 23:49









INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Je baissais la tête, me mordant la lèvre inférieure, honteux de ce que j'avais fait. Dans ma douleur, je tentais de me réconforter. Mon père serait fier, lui qui aimait tant ces humains... il sera heureux de l'apprendre. Oui! Il le sera! Je devais l'endurer malgré l'étrange diable qui semblait me rappeler ma nature. Mais quand bien même je me répétais ses mots, la goule qui me faisait face riait. Se riait-elle de moi? De ma pauvre condition? Se moquait-il? Mes dents qui avaient capturé ma lèvre inférieure s'enfonçaient dans ma chair à cette idée, mon honte ne faisait que grandir quand bien même je tentais de me bercer d'illusion. Quelle idée stupide de ne pas avoir refusé. Mais si je l'avais fait, n'aurais-je pas été suspect? Mes camarades ne me voyaient manger ni boire de l'alcool. Je me contentais d'eau et de café en leur présence. Et si certains connaissaient les conditions de vie des goules? Et s'ils n'avaient pas été apte à accepter ma nature de peur qu'un jour je craque et les mange... les manger... quelle douce idée... Cela me faisait davantage saliver. Maintenant que l'idée me venait en tête, je ne pouvais pas la lâcher et mon congénère venait l'appuyer. Nous avons tous les droits? Doucement, je relevais la tête. Si nous avions tous les droits, pourquoi mon père m'empêchait de tuer? De me nourrir d'humain frais et non de suicidés? Mes yeux s'écarquillaient sous l'envie, cette douce torture de voir ce cadavre m'encourageait davantage. Dans mon esprit, un combat entre mes envies et mon devoir s’opérait. Devais-je laisser cet étranger briser les barreaux imaginaires que mon père m'imposaient?

Cet homme semblait si bienveillant, si doux et compréhensif. Je le laissais m'approcher, suivant le mouvement qui m'intimait pour me noyer dans son regard écarlate. Mes dents acceptaient enfin de lâcher ma lèvre inférieure. Je me sentais comme un enfant. J'avais le sentiment que cet homme me sauverait, qu'il me guidait vers une voie plus juste qui elle n'était pas contre-nature. "Ikeda..." Lui répondais-je doucement, tel un enfant prit d'une soudaine timidité lors de sa première rencontre avec un adulte. "Ikeda Jiro." Finissais-je pas préciser. "Et vous?" Demander le nom à mon probable sauveur de la soirée était la moindre des choses.




Toga Shinichi
Classe S
avatar
Messages : 169
Points : 274
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Mer 9 Mai - 1:19






INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Il admirait la petite créature, la détaillait avec une attention toute particulière. Si frêle, si fragile ! Un tel état de candeur se faisait rare, de nos jours. Il trouvait à cette fragilité un aspect presque charmant, dans une moindre mesure. Lutter contre sa véritable nature avec force, refuser de sombrer et, au final, vaciller telle une flamme au milieu de le tempête...c’était comme une tragédie, ponctuée de poésie. La goule appréciait ce nouvel attrait qu’elle découvrait à cette vive souffrance. Il aurait aimé l’embrasser un instant, comprendre. Mais il n’y parvenait pas. Car rien n’était plus beau, rien n’était plus poignant, plus absolu que l’acte auquel ils étaient destinés. Tous, sans la moindre exception. Il n’y avait rien de plus merveilleux que cela. Et c’était peut-être parce que cet enfant l’ignorait, qu’il réprimait son instinct avec tant de volonté. La frustration ne menait pourtant qu’à la déchéance.
Or, Shinichi détestait la déchéance. Il aimait...sublimer.

En entendant le nom du jeune homme, il se mit à sourire malicieusement. « Jiro » répéta-t-il comme par réflexe, son regard monstrueux braqué sur lui. Il aimait la sonorité de ce prénom, la douceur qu’il suggérait. Comme porté par le rythme d’une mélodie que lui seul pouvait entendre, il bascula sensiblement la tête, pensif. Il aimait déjà cette petite créature. Shinichi glissa distraitement une longue mèche rosée derrière son oreille mutilée. A travers ce garçon, il avait l’impression de chercher celui qu’il avait été, quelques années de cela. Avait-il eu, un jour, ce même regard ? Il aurait aimé le croire.  « Toga Shinichi » annonça-t-il finalement d’une voix suave. Il se détourna pour lui tourner le dos, s’avançant d’une démarche enthousiaste vers le corps qu’il avait si amoureusement rongé. Une langue humide passa sur ses lèvres légèrement gonflées. Il n’en avait pas fini avec cette demoiselle. Mais dans l’état où elle se trouvait, il pouvait bien la faire languir encore un petit moment. C’était à présent une autre personne qui avait ravie son intérêt. « Peut-être me connais-tu sous un autre nom, qui sait ? J’ignore si ma réputation me précède... » lança-t-il soudainement, sur un ton qui trahissait une note enjouée. Il ignorait si la population était au courant de ses encas...passionnels. Il tournoya sur lui-même, sourire démesuré aux lèvres . Une légère excitation montait dans son corps transi d’allégresse. Ses pas le ramenèrent bien vite vers Jiro, à qu’il offrait toute son attention. « Pourquoi as-tu essayé de manger comme eux ? » Sa question, directe, trahissait une curiosité brûlante. En effet, pourquoi pousser le vice jusque là ? Pourquoi se faire tant de mal, inutile ?

Il vint se placer dans son dos, bougeant à une vitesse qu’un oeil humain n’aurait pu saisir. Posant ses mains sur les épaules du jeune homme, il lui murmurait à l’oreille. « Rien ni personne ne peut te refuser le droit de manger à ta faim –et plus encore, si tu le souhaites. » Ses doigts se resserrèrent sur leur prise. « Tu es affamé, Jiro...» son souffle venait doucement s’écraser contre la peau du garçon. Shinichi semblait tout droit sorti d’un songe, attisant les rêves interdits. « Mais tu n’as pas simplement besoin de manger. Tu as besoin de tuer. Dévorer la chair et la vie. Comme j’ai pu le faire avec cette femme... » Un brin de fierté monta dans sa poitrine. Oui, c’était bien lui qui avait réalisé ce chef d’œuvre exhibant sensuellement ses intestins à la vue de tous. La goule fit glisser une main sur la gorge blanche du jeune homme. Cela lui rappela vaguement le temps où il s’adonnait délicieusement au cannibalisme. « Je peux te montrer comment faire si tu le souhaites...te guider » susurra-t-il dans une ultime tentation.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Mer 9 Mai - 2:00




INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Je laissais cette goule me bercer, sa présence envoûtante, son charisme me donnaient l'impression de baigner dans un rêve, un rêve merveilleux où les nôtres régnaient en maître, où mon père n'était plus là, où les barreaux de ma cage s'étaient évaporés. Je me laissais bercer ma ses mots, me laissais envoûter par sa voix, suave et enivrante. Mes lèvres s’humidifiaient alors que je l'observais retrouver sa victime. J'épiais chacun de ses mouvements ces derniers étant emprunt d'une grâce surnaturel. Quelle goule bien étrange était ce Toga Shinichi. Si son autre nom, celui que les Colombes nous donnaient, était parvenu à mes oreilles, il n'aurait pas été cité en bien en vu du massacre dans cette ruelle. Cependant, je ne voyais pas les goules dites "ennemies des humains" comme mes ennemis. Quand bien même j'étais un des membres de l'Amaryllis, je l'étais surtout à cause de mon père. Je ne partageais en rien leurs idées ces dernières se rapprochant plus de cet homme qui semblait beaucoup trop dangereux pour moi, pour le code de conduite que l'on m'imposait. "Ma couverture risquait de se briser, si..." Je déglutissais. J'avais commencé à lui répondre sans même m'en rendre compte. "Si... Je refusais encore un repas avec eux."

La messe était dites. Je n'étais pas seul. Près de nous se trouvait un groupe d'humain, des humains frais, prêt à être dévoré et plus les minutes passaient, plus l'envie de les rejoindre, d'initier le massacre que je fantasmais depuis quelques minutes m'envahissait. L'ambiance fantasmagorique dans cette ruelle ne m'aidait en rien à me sortir de cette rêverie. Ses mots, son souffle qui cognait sur ma peau, ses mains, ses doigts sur mes épaules puis sur mon cou provoquaient en moi des milliers de frissons qui venaient mourir dans mes reins. "Monsieur Toga ~ " Échappais-je doucement dans un gémissement bien trop candide pour m'appartenir. Mes lèvres entre-ouvertes, je m'autorisais à doucement tourner la tête vers mon compère. Il m'avait convaincu. "Si vous disais qu'il existe un endroit remplis de jeunes gens au sang chaud..." Je marquais une pause. Avais-je le droit de vendre mes camarades de la sorte? Si j'étais le dernier survivant de la soirée, ne serait-ce pas trop dangereux pour ma couverture? Les soupçons se poseraient sur moi, les Colombes s'intéresserez à moi... Mais avec une goule supplémentaire, une goule qui ne semblait pas être comme mon père, qui acceptait sa vraie nature sans se soucier des êtres faibles qui nous ressemblaient, qui souhaitait m'apprendre à ne plus refouler qui j'étais, peut être que personne ne remonterait à moi. Après tout, j'étais partie sous prétexte que je ne supportais pas l'alcool, il y avait des témoins. Conserverais-je alors mon anonymat et mon dossier vierge? "Si cette endroit existe, Monsieur Toga, m'apprendrez-vous?" Concluais-je suite à ma pause.




Toga Shinichi
Classe S
avatar
Messages : 169
Points : 274
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Jeu 10 Mai - 21:11





INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Il attendait sa réponse avec impatience. Dans la pénombre, ses iris écarlates brillaient comme ceux d’un diable. Jiro allait-il céder à ses instincts, libérer la bête qui ne demandait qu’à se défouler ? Shinichi avait bien du mal à se contenir. Il voulait voir ça. Il voulait voir le jeune homme se révéler à lui-même, toucher du bout des doigts ce qu’il était réellement. Il sentait tellement de potentiel, bouillonner sous cette peau blanche ! De la faim, de l’envie, de la...frustration. Et certainement un soupçon de peur. Mais de quoi ? De quoi pouvait-on avoir peur, lorsqu’on était si jeune et si puissant ? La réponse tomba. Peur d’être découvert. Evidemment. La goule pouvait comprendre, vaguement. Imaginer, tout au plus. Mais il fallait se rasséréner. Ce n’était pas à eux, les prédateurs, les êtres suprêmes, de craindre pour leur vie. « Tu n’as pas à les craindre » lança-t-il dans un souffle. « Ils ne sont rien de plus que de la nourriture » C’était bel et bien ainsi qu’il les voyait. L’homme n’avait pas de réelles considérations pour ce êtres qu’il côtoyait pourtant au quotidien. Les femmes le nourrissaient, les hommes le divertissaient sur un autre plan... Ils animaient son monde, ses journées. Mais ils n’avaient à ses yeux qu’un rôle secondaire. Ils n’étaient pas ses semblables.

La réponse du jeune homme lui arracha un sourire carnassier, dévoilant ses dents blanches. C’était ce qu’il voulait entendre. « Si cet endroit existe, je t’apprendrais tout ce que tu veux, Jiro » Shinichi était certainement plus sincère qu’il ne l’avait jamais été. Guider les jeunes créatures en quête existentielle était un rôle qu’il s’attribuait avec joie. Il appréciait particulièrement le regard que lui rendait son interlocuteur, la nouvelle étincelle qu’il voyait briller dans ses yeux. D’ordinaire, il ne traînait pas avec le menu fretin et encore moins les goules qui ne partageaient sa vision des choses –il pensait particulièrement à ce petit groupe, qui se réunissait dans ce bar de Shinjuku, pour répandre des idées stériles sur une possible cohabitation. Néanmoins, ce nouvel arrivant était une exception.  Et il aimait particulièrement ce subit dynamisme dont il faisait preuve ! Comme il le savait si bien, la faim les repoussait jusque dans leurs derniers retranchements.

Il se détacha finalement de lui, leva les yeux vers le carré de ciel sombre qu’il apercevait entre les silhouettes des buildings. « Avant tout, il faut laisser tomber tout « ça ». La peur, l’appréhension ou même la compassion... as-tu déjà vu un loup trembler devant des brebis ? » Shinichi prononçait ces si jolies phrases sur un ton qui témoignait une confiance en soi absolue. Orgueil et mépris se mêlaient dans un subtil mélange, envoûtant. Ce dont il fallait avoir peur, ce n’était pas des humains. Il fallait craindre les loups. Lui en était un. Jusqu’au moindre pore de sa peau. Cette image le fit sourire amèrement. Il se retourna finalement vers Jiro. « Arracher, broyer, dévorer...ça, l’instinct te l’apprendras bien assez vite, du moment que tu l’écoutes » C’était aussi simple que cela. Emporté par la mélodie des cœurs qui battaient à tout rompre, le corps agissait par lui-même. Il tendit une main vers le garçon, comme pour l’inviter dans la valse étourdissante du meurtre. « Alors me montrais-tu cet endroit ?  » Il accompagna cette dernière phrase d’un sourire significatif. Sous l’éclat de la lune, son visage blafard prenait de faux airs d’apparitions.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Jeu 10 Mai - 23:36




INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





Monsieur Toga était bien différent de mon père. Ses mots semblaient sortir tout droit de l'esprit de l'enfant que j'eus été, que je dus refréner pour ainsi me mêler aux humains que Père aimait tant. L'ambiance qui se dégageait dans la ruelle m'amener à songer qu'il pouvait en réalité ne pas être réel mais plutôt une projection de mes désirs enfouis. Il trouvait les mots juste pour me toucher, ceux que je voulais entendre, n'était-ce pas normal d'avoir un doute sur son existence? Je me mordais la lèvre inférieure, me tournant vers lui lorsqu'il m'eut quitté. Doucement, ma main droite venait se poser sur la sienne acceptant l'invitation du ballet sanglant auquel nous allions participer. Faisant scintiller mes canines, j'offrais à cet homme mystique le plus beau des sourires, dévoilant l'esprit sadique que j'avais pendant tout ce temps tenté d'enfermer au plus profond de mon esprit. "Vous êtes le Mal, Monsieur Toga." Lui répondais-je d'une voix douce, enivré par l'envie de festoyer. "Allons y, je vous promet que vous ne serez pas déçu!"

Je rebroussais chemin accompagné de mon congénère en direction du karaoké. Mes yeux avaient reprit leur apparence humaine pour passer inaperçue. Je passais de nouveau l'accueil, payant pour une heure supplémentaire tout en demandant au réceptionniste si mes camarades étaient partis. Apparemment, un couple avait quitté la pièce, c'était parfait, il nous restais encore cinq humains, cinq, rien que pour nous, deux et demi pour étancher ma réelle soif, ma faim. Ils ne pouvaient s'en prendre qu'à eux, c'était eux qui s'étonnaient de ne pas me voir manger, ni boire d'alcool. Cette nuit, ils allaient en comprendre la raison. J'allais me dévoiler à eux, qu'ils comprennent l'erreur qu'ils avaient fait.

Nous parcourûmes le couloir du karaoké pour rejoindre la pièce que nous avions loué plus tôt. "Pour ne pas éveiller les soupçons, que diriez-vous, Monsieur Toga, de dévorer le réceptionniste en dessert?"Murmurais-je à l'homme qui avait réveillé mes instincts animales. Arrivé devant la porte, je la poussais pour pénétrer dans la pièce. Mes camarades semblaient s'étonner de me voir revenir et surtout accompagné. Ma main qui était restée dans la sienne le lâcha pour le désigner. "Les amis, je vous présente Monsieur Toga ~ !" Déclarais-je joyeusement. "Ce Monsieur va nous faire passer une excellente fin de soirée!" Concluais-je, un large sourire sadique venait orner mon visage, dévoilant à notre assemblée de cinq personnes mes gencives. Comme le grand méchant loup, je venais passer ma langue sur ses dernières, comme si je me léchais les babines d'avance alors que je leur dévoilais mon véritable regard carmin.




Toga Shinichi
Classe S
avatar
Messages : 169
Points : 274
Emploi/Etudes : Propriétaire d'une maison close : le KERBEROS
Commentaires :

Time to eat.


Beautiful ugly girl. I hate you.

Mer 16 Mai - 11:04






INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





En un clin d’oeil, le garçon s’était métamorphosé devant ses yeux. Shinichi n’en revenait qu’à peine. Etait-ce réellement la même créature que celle qu’il avait rencontré au beau milieu de son festin mortuaire ? Jiro n’était plus le même. L’expression qui courrait sur son visage délicat venait de changer, de se métamorphoser de la plus belle des manières. L’homme se régalait déjà devant ce regard vif, animé par une expression tout aussi poignante que charmante. Il frissonna à la vue du sourire rayonnant qu’il lui offrit, ce dernier rehaussé d’un soupçon de sadisme. Enfin, il pouvait se targuer de reconnaître un semblable. Un véritable. Ses doigts ornées de bagues se refermèrent sur la main qui venait de saisir la sienne. Le démon l’avait d’ores-et-déjà tiré dans son cauchemar. Sous ses faux airs enchanteurs, il souriait avec démesure. La nuit ne faisait que commencer. A l’instar des horreurs qu’elle réservait.

Shinichi se laissait entraîner par le jeune homme sans savoir réellement où celui-ci allait l’emmener.  Dans un endroit « rempli d’humains » : il n’en savait pas plus. Il regardait les ruelles s’éclairer de plus en plus au fur et à mesure qu’ils progressaient, se mêlant à la population qui devenait plus nombreuse. Il eut une vague pensée pour la belle qu’il avait laissé, gisante au fond du cul de sac. L’envie de la rejoindre, celle de la consumer dans de derniers baisers, était présente, mais il ne pensait pas y retourner. Quelqu’un l’aurait certainement retrouvée avant qu’il ne la rejoigne. Dans une tentative, vaine, il essayait de se figurer la réaction du futur chanceux. Approuverait-il son œuvre ? Ou, comme tous ces « autres », la rejetterait-il ? L’oeil humain ne pouvait saisir les délices de la chair fraîchement ouverte, ou bien encore saisir l’érotisme des longs os blancs, mis à nus. Cependant, le fils de ses pensées fiévreuses se coupa lorsque Jiro stoppa le pas. Levant ses yeux redevenus ceux de n’importe quel humain, il regarda le bâtiment qui se dressait devant un eux. Un karaoké ? Tiens donc. Shinichi n’était pas un habitué de ce genre de lieux. Disons...qu’il les préférait un peu plus sombres et, avant tout, illégaux. Mais soit. Il respectait les choix de son jeune compagnon. En entrant dans l’établissement, la proposition de Jiro le fit rire doucement. « J’apprécie mais...mes principes m’interdisent de me nourrir autrement qu’avec la chair des femmes » Il eut une courte pause, volontaire. Ses yeux à l’éclat mystérieux se posèrent sur le garçon. « Tout au moins en ce qui concerne les humains » De sa main libre, il serra le poing, faisant craquer les articulations de ses doigts en un mouvement. « Néanmoins, rien ne m’empêche de le réduire au silence » le ton de sa voix prenait une inflexion légère. Pour quelqu’un tel que lui qui avait connu la faim au point de s’être rongé les membres jusqu’à la moelle, le gâchis de « nourriture » avait un arrière goût particulièrement satisfaisant. La moindre mesure ne faisait de toute façon pas partie de son vocabulaire, et encore moins de sa gestuelle. Il aimait le spectaculaire. Le beau. Sublime.

Ils débouchèrent bien vite jusqu’au lieu du futur massacre. La goule observait avec fascination le visage du jeune homme, ce dernier exultant une joie macabre. Il sourit à son tour aux jeunes personnes qui les regardaient avec une vague inquiétude. « Enchanté » lança-t-il dans une note claire, alors qu’il dévoilait lui aussi sa réelle nature. L’horreur des visages le faisait frissonner d’excitation. Tout ce beau monde pouvait bien crier, les salles étaient insonorisées. Et avec lui qui bloquait l’entrée de l’unique porte... « Montre moi donc ce dont tu es capable, Jiro. Utilise ton kagune, tes mains, tes dents...jusqu’à tes ongles s’il le faut » En parlant de kagune...il était curieux de voir celui du garçon. Le sien attendait sagement qu’un de ces agneaux ne se décident à l’approcher pour sortir de son antre et se déployer, telle la queue d’un scorpion géant.










I  N  S  A  N  I  T  Y
“ Which creature behind the mask ? ”


Ikeda Jiro
Classe B
avatar
DC : Kumi Sosuke
Messages : 767
Points : 1322
Emploi/Etudes : étudiant en art/apprenti tatoueur
Commentaires : crédit avatar: kimlee
Jeu 17 Mai - 1:26





INSTINCT REACTS
Jiro x Shinichi





La bête était lâchée. Tel un chien dans une arène, j'étais prêt à me battre. Mon sang pulsait, me faisant sentir l'excitation monter dans mes tempes où l'on pouvait distinguer l'afflux sanguin important. Je me léchais les babines d'avance. Si on m'avait surnommé Chiba Inu ce n'était pas pour rien. Fidèle aux ordres, une fois qu'ils furent prononcés je m'élançais rapidement vers ma première cible montrant à mon compère mon incroyable vitesse de déplacement. Mon objectif était de satisfaire Monsieur Toga. Il voulait voir de quoi j'étais capable alors j'allais lui montrer que même sans mon kagune, mes années d'entrainement aux arts martiaux m'apportait la compensation de mes faiblesses physiques. Arrivé vers ma première cible, le lui attrapait le bras pour exécuter une clé des plus gracieuse, brisant son os alors que les cris de douleur de mon camarade masquait ce délicieux craquement. Je n'allais pas m'arrêtait là, Monsieur Toga voulait du spectacle alors j'allais lui en donner. Je profitais d'avoir le bras de ma première victime en main pour le faire voler dans une prise, l'homme venant s'écraser sur la table pour la briser en deux. L'alcool et la nourriture volaient dans la pièce tandis que la vaisselle qui avait la malchance de tomber au sol se brisait en mille éclats.

Je n'avais pas pour bute de les tuer, non, pas maintenant, pas tout de suite. Je devais les blesser suffisamment pour pouvoir entendre leur doux gémissements de douleur. Me tournant vers mes camarades en états de choc, j'en profitais pour foncer sur l'une des jeunes femmes présentent dans la pièce. Avec elles, c'était plus facile, leur corps fragile était facile à propulser à la différence de ces messieurs. Pour preuve, un simple coup de pied latérale suffit à pour que la jeune femme traverse la pièce pour venir s'écraser contre le mur. Je n'en avais pas fini avec elle mais avant de bien m'occuper d'elle, je devais poursuivre mon attaque. Un large sourire qui montait jusqu'à mes oreilles, j'étais le plus heureux des hommes, riant de joie, la joie de sentir la douleur, la frayeur de ces humains... Quelle jouissance! Il n'y avait à ma connaissance rien de plus satisfaisant que ce sentiment qui m'envahissait doucement, parcourait mes veines. J'avais enfin l'impression d'exister, d'être vraiment moi. Ce moment de retrouvaille avec moi-même, je le vivais en présence de mes camarades, n'y avait-il rien de mieux? Être enfin soi-même face aux gens que je côtoyais tous les jours, avec qui j'avais à présent passé quatre années de ma vie enfermé dans des salles à être jugé en permanence par des professeurs, frustrés eux-même de n'avoir pas pu être ce qui ils auraient voulu. Les pleures s'élevaient dans la pièce tandis que dans un acte d'héroïsme suicidaire, le dernier homme valide de la pièce chargea sur moi. Mon faible corps ne le supportant pas, je vins m'écraser au sol. Son corps musclé me surplombait, tentant vainement de m'immobiliser. Ce n'était pas sans compter sur le fait que, comme le chien enragé que j'étais devenu, je me débattais, luttant contre lui, griffant le sol avant de m'agripper à ses épaules pour y creuser un chemin à l'aide de mes doigts pour enfin planter mes dents dans sa clavicule.




Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Tôkyô city :: Ikebukuro-
Sauter vers: