RSS
RSS



 

Let's be lonely together ღ Arai

 :: Tôkyô city :: Shibuya :: Center Gai Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeong Yoona
Nourriture humaine
avatar
Date d'inscription : 12/04/2018
Messages : 38
Localisation : where do i really belong?
Emploi/Etudes : prof de danse / Pianiste qui joue dans des cérémonies et bars /blogueuse réputée
Dim 15 Avr - 2:09
Arai & Yoona
Let's be lonely together
Aujourd’hui, Yoona n’avait même pas pu se reposer ne serait-ce que pour un instant. Elle avait déjà beaucoup de travail qui l’attendait, des heures de danse, des classes et chorégraphies à préparer. Elle aimait ce qu’elle faisait et jamais elle ne pouvait se voir travailler quelque chose d’autre. La jeune femme ne se plaignait pas vraiment, c’est vrai que des fois c’était fatiguant, épuisant même et elle dormait la plupart de ses journées de congés pour compenser ses pertes d’énergie, mais ça en valait bien le cout. Pour la blonde, elle pouvait passer des journées et des journées à faire ce qu’elle aimait, elle ne s’en lassera jamais. Elle était bien trop contente maintenant que sa vie soit paisible, que sa situation financière soit très bien et que du coup, elle vivait une vie agréable. C’est vrai que des fois elle se sentait seule dans cette maison, mais elle avait quand même fait une demande de colocation, parce qu’elle savait que la vie était parfois injuste, et que les autres ne pouvaient s’offrir de quoi se loger pour leurs études ou autre. Elle espérait que son colocataire serait quand même quelqu’un de plaisant.

Au final, elle ne s’était reposée que pour déjeuner, discuter un peu avec ses collègues. Il était tard et elle devait rentrer à la maison. Sans plus attendre, elle prit ses affaires, salua tout le monde avec un grand sourire, même si au fond elle était fatiguée, puis se dirigea vers la sortie pour pouvoir rentrer chez elle. Une fois arrivée, elle rangea ses affaires et direction la salle de bain. Elle se reposa du coup dans sa baignoire, regardant un peu le fil des actualités sur son téléphone portable. Elle tenait un blog et elle devait rester au courant de tout... C’est alors qu’un message lui parvint, quelque chose qu’elle ne pouvait pas vraiment se détacher... Son père. Il voulait prendre de ses nouvelles, mais jamais Yoona ne lui répondait. Il ne pouvait savoir où elle vivait, qu’est ce qu’elle est devenue, puisqu’elle ne lui laissait jamais de traces pour venir a elle. Elle le détestait, même si avec toutes les circonstances, il restait son père. Elle préférait juste ignorer ses appels, ses messages... Elle ferma un instant les yeux, déposant son téléphone sur le bord. Elle se reposa un moment, pensant qu’elle somnolait. C’est alors que son téléphone sonna, indiquant qu’elle devait se dépêcher pour aller au bar où elle devait jouer du piano « Mince ! », elle avait complètement oublié. Avec  son boulot et ses responsabilités, elle était des fois tête en l’air !

Elle se dépêcha du coup, porta une belle robe et se coiffa. Elle ne portait pas trop de maquillage, juste le nécessaire, puis au final, elle se dirigea vers le bar où elle devait performer. L’ambiance était chaleureuse, bien animée. Le propriétaire l’attendait et heureusement, elle n’était pas vraiment en retard. Au final, elle s’installa sur le tabouret, attendant le feu des projecteurs. Ses doigts filaient délicatement sur le clavier du piano, touchant du bout de ses doigts fins les touches noires et blanches. Très vite, un sourire se fit voir sur les lèvres de la musicienne alors qu’elle se laissa emporter par la musique. Cette symphonie lui tenait à cœur, cette symphonie était l’une des plus belles mélodies qui lui rappelait sa mère. Elle n’avait jamais enlevé la bague autour de son doigt et pour cause, elle voulait savoir ce qu’était vraiment arrivé à sa mère...

Au final, tout le monde applaudit, puis Yoona les remercie et descend de l’estrade pour se diriger vers une silhouette qu’elle avait repéré il  y a quelques minutes maintenant « Nishimura... », dit-elle de sa voix douce, souriante, toute contente de le voir ici ce soir « Ca faisait longtemps... », elle s’installa du coup a cote de lui, puis le regarde toujours aussi souriante. C’est vrai qu’elle travaillait un peu, beaucoup, du coup elle ne pouvait pas souvent être dans ce genre de soirée, mais elle essayait quand même de faire de son mieux « Vous allez bien ? », demanda-t-elle, toujours aussi inquiète pour l’inspecteur « Et le boulot, ça va ? ».

Revenir en haut Aller en bas
Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
Date d'inscription : 09/12/2017
Messages : 98
Age : 36
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Dim 15 Avr - 13:08

Le sentiment d'un coeur lourd est sans doute la chose la plus difficile et compliquée qu'Arai n'eut jamais à porter. Depuis deux années, il a l'impression de ne plus être que le fantôme de lui-même. Le passé ne cesse de venir toquer contre sa porte et ses barrières menacent chaque jour de céder - bien qu'il tâche d'en montrer le contraire. Il fait de son mieux pour tenter de consolider cette âme avec laquelle il est bien obligé de faire avec, mais il y a des moments où il se demande bien pour quelle raison il continue de se battre avec autant d'avidité. Il prétend ne plus avoir foi en l'être humain... n'est-il pourtant pas en train de donner des coups de pieds et de poings pour cette espèce ingrate ? Lui a beaucoup perdu, il n'a pas envie que sa condition déplorable arrive à une autre personne.
Le trentenaire abandonne un soupir en passant une main dans sa chevelure avant de terminer son verre, de le faire glisser sur le comptoir et d'en demander un second. L'alcool, c'est si simple ! Grâce à cela, il pense à autre chose le temps de plusieurs heures avant que ses démons ne reviennent l'assaillir de toutes parts. Même quand les choses tournaient mal quand elle était toujours en vie, il avait cette main lourde sur l'alcool ; il s'est déjà dégoûté plus d'une fois, mais il recommence. Avec moins d'assurance depuis qu'il a rejoint les rangs du CCG. Ce travail lui donne une lueur d'espoir, lui permet de libérer sa haine envers ces bêtes assoiffées de sang. Le jour où il mettra la main sur celle qui s'en pris à elle, il perdra complètement le peu d'humanité qui lui reste. Dans le fond, n'est-il pas tout aussi bestial que ces maudites goules ?
Un remerciement franchit la barrière de ses lèvres tandis qu'un nouveau verre arrive jusqu'à lui. Il l'attrape dans sa main, l'aurait bien bu d'une rasade, mais un son émane de la scène installée derrière lui. La musique aussi, c'est son refuge. Moins coûteux et dangereux. Il reconnaît très vite la volupté s'échappant du piano, la douceur de deux délicates mains qui s'échouent contre les touches. Cependant, par respect, il se retourne sur son tabouret pour assister à la représentation de la demoiselle. Son regard se perd dans sa belle chevelure blonde qui cascade sur sa poitrine, son âme s'accorde un moment de répit en écoutant la splendide mélodie tant et si bien que sa main repose automatiquement le verre sur le comptoir.
Plusieurs minutes s'écoulent avant qu'elle ne descende de l'estrade pour venir le rejoindre, leurs yeux s'étant croisés un instant plus tôt. « Bonsoir Yoona, la salue-t-il à son tour, ce fut un agréable moment, comme à chaque fois. » Il répond à son sourire en hochant doucement le visage, pivotant de nouveau sur son fauteuil pour retrouver son verre. « Autant qu'il est possible d'aller bien, élude-t-il la question, et toi ? » Il boit une gorgée. « Je peux t'offrir quelque chose ? » Il ignore à peu près tout d'elle, mais elle a toujours eu cette douceur qui l'apaise plus que de raison. « Tu peux me tutoyer d'ailleurs. » Oui, parce que ça le gêne quand même un peu de l'entendre le vouvoyer. Il n'est pas encore si vieux que ça, n'est-ce pas ? « Le boulot... Disons que ce sont toujours les mêmes personnes qui posent des problèmes. Je suis ravi de te croiser ici, ajoute-t-il, ma soirée en est définitivement changée. » Une lueur bienveillante traverse ses pupilles noisettes.

_________________
I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Revenir en haut Aller en bas
Jeong Yoona
Nourriture humaine
avatar
Date d'inscription : 12/04/2018
Messages : 38
Localisation : where do i really belong?
Emploi/Etudes : prof de danse / Pianiste qui joue dans des cérémonies et bars /blogueuse réputée
Lun 16 Avr - 16:10
Arai & Yoona
Let's be lonely together
Elle était fatiguée, mais comment ne pas l’être lorsqu’on s’oublie dans son propre monde ? Elle l’avait construit pièce par pièce, elle voulait que tout soit comme elle le voulait, mais malheureusement, il y avait toujours des fuites, des hauts et des bas. Heureusement pour elle, la musique était une échappatoire qu’elle ne pouvait vivre sans. Elle aimait ce genre de soirée, où elle pouvait passer des heures tranquille à discuter avec des personnes qu’elle connaissait dans le milieu, dans le bar, ou juste à passer une soirée tranquille avec elle-même. Elle ne niera pas qu’elle aime bien l’alcool, mais jamais elle n’avait fini ivre, du moins, jamais toute seule. La blonde savait comment apprécier la vie, elle savait qu’elle était précieuse et pourtant, quelque chose la gênait. Cet incident, sa mère, son père... C’était une vie qu’elle ne pouvait oublier, et elle ne pouvait pas effacer les événements de sa mémoire. La jeune femme jouait ce soir pour le monde qui se trouvait dans la salle, mais surtout pour sa mère. Cette bague qu’elle avait autour du  doigt était tout ce qu’il lui restait de la douceur que sa mère avait pu lui apprendre.

Ses doigts filèrent aisément sur le clavier, le son était homogène, montant et descendant dans les notes, elle savait que ce genre de moment était important. Elle voulait que les autres ressentent ce qu’elle-même ressentait lorsqu’elle jouait cette symphonie. Yoona ne ressentait plus la peur, la fatigue, maintenant qu’elle était derrière le piano. Tout ce qu’elle ressentait, c’était la joie de vivre. Au final, les applaudissements la firent sourire, comme toujours, un sourire sincère se fit voir sur son visage. Elle était contente que les autres apprécient son art, mais surtout, elle était contente de voir une personne ici, parmi tout ce monde. Ce soir, elle pensait bien qu’elle avait bien de chance. Elle marcha du coup vers le jeune homme, tout en lui souriant. Elle était contente de le voir ici « Merci beaucoup, c’est gentil », dit-elle en le remerciant de son compliment. Ils se croisaient souvent dans les bars, lui aussi était un musicien, mais comparé à elle il jouait de la guitare. Elle aimait beaucoup cet instrument, mais surtout, elle aimait la façon dont laquelle il jouait. Elle ressentait qu’ils étaient un peu pareil. La blonde s’assit a cote de lui, écoutant du coup la réponse à sa question « Je vais bien, comme d’habitude », elle lui sourit. Elle ne savait pas grand chose de lui, mais elle aimait bien être en sa compagnie, elle se sentait un peu plus en sécurité « La journée a été longue, mais au final, je me suis bien amusée ». Elle hocha ensuite la tête suite à son invitation « Oui j’aimerais bien un cocktail », elle se pose du coup contre le comptoir, posant ses coudes dessus.

« Tu es là depuis longtemps ? », elle venait d’arriver, du coup elle n’avait pas vraiment fait attention que lorsqu’elle fut sur la scène. De là, elle pouvait voir presque tout le monde, et elle pouvait bien sentir le regard des autres sur elle. C’était quelque chose qu’elle n’aimait pas vraiment, elle qui était la plus part du temps discrète. Certains regards étaient bienveillants, alors que d’autres...N’en parlons même pas ! La jeune blonde fut surprise lorsque le jeune homme lui demande de le tutoyer. Elle sourit alors de nouveau, puis rit un peu nerveusement « Ha...Mais oui... C’est juste que je n’aie pas vraiment l’habitude... Enfin, tu sais, l’étique aussi ». Ce n’est pas la première fois qu’elle le voyait bien sûr, mais comme elle savait qu’il était plus vieux qu’elle, elle ne pensait pas à mal. Surtout que d’habitude, elle se comportait ainsi avec tout le monde. Ce n’est pas qu’elle le trouvait vieux ou autre, mais elle savait qu’elle était quand même plus jeune. Elle prit du coup son cocktail, puis bu une gorgée tout en l’écoutant parler de son boulot « Aaah... J’espère qu’ils ne font pas trop de bêtises alors... », elle continue de le regarder dans les yeux, puis joue un moment avec sa bague « J’en suis heureuse », elle  posa ses mains sur ses joues, les coudes toujours sur le comptoir « Je dois te dire que des fois l’ambiance est un peu lourde ici, alors je suis contente de te croiser », elle lui sourit puis se retourne sur son tabouret « Arai... », elle le regarde dans les yeux, c’était peut-être une des rares fois qu’elle l’appelait par son prénom. Elle jouait nerveusement avec sa bague en or « Dis-moi... Est-ce que tu as senti un jour, que le monde te ment... Qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas... Mais... Mais que tu n’as jamais su vraiment pourquoi... », elle détourne un peu le regard « Comme si on te mentais constamment... ». C’est vrai qu’elle ne savait pas quoi en penser, son père qui continuait de l’appeler... Sa mère morte et pourtant, Yoona savait qu’il y avait une affaire derrière tout ça... Elle soupire un peu puis secoue la tête « Hum...Oublie... C’est stupide... », elle se retourne pour poser délicatement ses fins doigts sur son verre.

Revenir en haut Aller en bas
Nishimura Arai
Inspecteur en chef
avatar
Date d'inscription : 09/12/2017
Messages : 98
Age : 36
Emploi/Etudes : inspecteur en chef
Hier à 16:20
Tout au fond de son âme, Arai n'est pas un homme mauvais. Disons surtout qu'il a subi des pertes et que cela l'a rendu tel qu'il est aux jours d'aujourd'hui. Le Japonais n'a pas toujours été accoudé à un bar, un verre d'alcool tournoyant dans sa main, ses pupilles perdues dans le vague quand il ne pense pas à la douleur lancinante qui se réveille dans sa poitrine. La terreur qui rode dans les rues de Tôkyô est plus grande que jamais et c'est de son devoir de rendre la justice... mais de quel droit peut-il se trouver meilleur qu'une goule ? Simplement parce qu'il est « humain » ? Des fois il ne se rend pas bien compte qu'il est loin d'être aussi humain qu'il le croit. C'est peut-être même lui le véritable monstre qui traque sans relâche ces prétendus ennemis. Cependant, il en est convaincu, les goules sont une espèce à exterminer, à abattre. Elles ne méritent pas la vie sauve.
Yoona finit par accepter de l'accompagner un peu au cours de cette soirée et commande un cocktail. Arai fait signe au barman qui s'exécute aussitôt pour faire plaisir à la jolie pianiste qui a ravi son établissement ce soir-là. « Je t'avoue avoir un peu perdu la notion de temps, répond-t-il en buvant une gorgée de son verre, mais j'ai vu toute ta représentation si c'est ta question. » Et quelle représentation ! Cette douceur qui l'assaille à tous les coups, cette maîtrise de l'instrument, la qualité de la mélodie... Tout cela met un peu de baume au coeur de l'inspecteur en repos. A la suite de cela, elle lui soumet de ne pas être très à l'aise à le tutoyer par rapport à l'éthique et tout le toutim. Arai répond par un rapide geste balayé de la main pour lui dire de ne pas en tenir compte. Après tout, ils commencent à se connaître un peu, à se rencontrer aux mêmes endroits pour quasiment les mêmes instants recherchés.
Tout à coup, une fois le cocktail de la demoiselle arrivé, celle-ci se raidit sur son tabouret, triturant l'anneau à son doigt. Le plus âgé fronce les sourcils, se doutant pertinemment qu'une question risque d'arriver d'une seconde à l'autre. Et la voilà qui tombe sur eux, ne laissant pas vraiment le temps à Arai d'avaler sa gorgée. Il repose son verre, vide, sur le comptoir en bois, pour fixer son regard dans celui de son interlocutrice, réellement questionné par toutes les histoires qui arrivent dans les rues de la ville qui ne dort jamais. Yoona a des soupçons, citoyenne innocente qu'elle est, ce qui est une information cruciale pour Arai. Il hausse les épaules néanmoins, faisant de son mieux pour conserver son masque. « Le monde est un mensonge en lui-même et je n'ai malheureusement pas plus de réponses que toi. Mais qu'est-ce qui te fait penser comme ça ? » glisse-t-il du tac-au-tac. Être membre du Centre de Contrôle des Goules est un secret à lui tout seul caché aux yeux de la population. Ils passent simplement comme des hommes en costume qui font le sale boulot dans les ruelles sans jamais divulguer la moindre information. Les goules sont tapies dans l'ombre et les colombes jamais bien loin.
Arai est entré au CCG il y a environ deux années, quand son ex-femme est décédée. Il s'est engagé pour combattre le crime et tâcher de comprendre les raisons qui se cachent derrière ces morts. Aujourd'hui, il n'a toujours compris, mais il sait qu'il est de son devoir de participer à l'éradication de ces montres qui se nourrissent d'humains innocents. Sa femme, bien qu'ils se séparaient à l'époque, ne méritait pas de mourir et encore moins de cette façon. Rien n'a de sens. « Tu sais, je crois qu'il y a des choses qu'il ne vaut mieux pas savoir parfois. La vengeance n'est jamais une bonne solution... » Bien qu'elle soit quand même une solution, n'est-ce pas Arai ?

_________________
I am no one's slave
This is by design, stay out of my way
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Annexe médicale - Arai.
» Maison d'Arai Tsumetai (et Kazoku)
» Such a lonely day ...
» such a lonely day • ROKSANNA
» Where you a lonely boy? (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behaviour of the Undead :: Tôkyô city :: Shibuya :: Center Gai-
Sauter vers: